Événements

Au nom des lieux

Chateau de Malmaison
Chateau de Malmaison - Moonik - CC

Le Musée de Malmaison et son accueil impérial

Diffusion du jeudi 12 avril 2018 Durée : 2min

Départ pour les Hauts-de-Seine, en un lieu qui abrita l’impératrice Joséphine, et où Napoléon fut très heureux, il s’agit du château de Malmaison, marqué par la présence du couple même s’il  n’y est resté que peu de temps.

En effet, il faut rappeler que de son vrai nom Marie-Josèphe-Rose Tascher de La Pagerie, née à la Martinique, en 1763, veuve du général de Beauharnais, épousa le Général Bonaparte en 1796. En 1799, elle fit l’acquisition du château de Malmaison, elle est alors au sommet de sa beauté, et son mari devenu premier Consul, vient à Malmaison passer chaque fin de décade, ces fameuses semaines de dix jours. Ils y sont très heureux, et le château de Malmaison dont le nom initial est lié à la présence jadis de ce qu’on appelait une maladrerie, une léproserie devint synonyme de maison extrêmement heureuse. Très dépensière, Joséphine, au-delà de ses nombreuses toilettes, fit du jardin un haut lieu botanique assorti d’une roseraie sans égale. 

Mais Napoléon va divorcer et ne viendra plus à Malmaison… et que fait Joséphine alors ?

En vérité, lorsqu’en 1809 a lieu le divorce, Joséphine continuera de vivre au château de Malmaison, et en poursuit les embellissements : elle y restera jusqu’à sa mort en 1815. On sait qu’à son retour de l’Île d’Elbe, Napoléon vint en pèlerinage quelques jours à Malmaison, tout comme avant son exil à Sainte-Hélène, ce qui est significatif de son attachement au lieu.  Plus tard, en 1861, Napoléon III y ouvrit un musée dédié au Consulat, musée fermé en 1870, mais le château légué à l’État en 1904 redevint un musée en 1906. Le château rénové depuis offre son musé consacré à Napoléon, Joséphine et l’art de l’époque consulaire. Salon doré, salon de musiques, nombreux tableaux d’exception, appartements de Napoléon, chambre de l’impératrice, ce musée est un enchantement. Vous y verrez même la harpe de l’impératrice. Mais attention, on peut jouer de ma guitare chez moi mais on ne touche pas à la harpe de Joséphine !