Événements

Au nom des lieux

Le parc du Château de Chamarande à Lardy
Le parc du Château de Chamarande à Lardy © Maxppp - Julien Heyligen - Le Parisien

Les Larziacois auraient pu se retrouver à Mesnil-sur-Jouine

Diffusion du mardi 5 septembre 2017 Durée : 1min

Ce matin direction l’Essonne, sud-ouest, précisément au kilomètre 38 si on part de Notre-Dame, et nous voilà à Lardy. Et en prenant la ligne C du RER direction d’Étampes il suffit de descendre à la charmante petite gare de Lardy et on est tout près d’un beau château, je crois…

Le château de Chamarande en effet, il suffit pour le rejoindre de longer la rive gauche de la Juine qui borde au sud un quartier de Lardy appelé Cochet, on passe alors devant un plus petit château, celui de Gillevoisin, que les pêcheurs apprécient, puis l’on suit le mur de clôture du parc de Chamarande. De fait, Lardy représente typiquement ce que l’on appelle un bourg résidentiel dont les guides disent qu’il abrite de belles demeures « au fond de parcs fermés par des grilles anciennes », ce qui n’empêche pas la commune de bénéficier d’une belle zone pavillonnaire et d’une ZAC, comme l’on dit, entendons une zone d’aménagement concerté. Belles demeures, jolis pavillons, on se prend à rêver d’être un heureux habitant Lardy, et donc un… Larziacois, sans aucun rapport avec le Larzac !

Alors d’où vient ce « larziacois », pas très facile à prononcer tout de même !

On pense qu’il s’agit d’un nom de personne, en l’occurrence Laritius, d’où ensuite Larziacium, mais on a aussi dit au XIe siècle Lardiacum, qui est resté, le suffixe iacum désignant l’appartenance. C’est en 1793 que le nom de la commune se fixe avec Lardy, sans plus jamais changer. Mais tout aurait pu basculer en 2016 !

Comment cela Jean, 2016, c’était hier ?

Effectivement, parce qu’à cette date si proche les commune de Lardy et Bouray-sur-Juine ont envisagé de fusionner pour créer une nouvelle commune, qui se serait appelée Mesnil-sur-Juine, mais le Conseil municipal de Lardy a rejeté le projet en décembre 2016. Entre nous, Robin, on a pour le moment échappé à un nouveau casse-tête : comment aurait-on appelé en effet les habitants de Mesnil-sur-Juine. Bon, Robin, chaque chose en son temps. Vive les Larziacois!