Loisirs Événements

Au nom des lieux

1min

Châtenay-Malabry abritait une léproseri

Par le jeudi 14 septembre 2017
Podcasts : iTunes RSS
Chatenay Malabry - La maison de Chateaubriand
Chatenay Malabry - La maison de Chateaubriand - Besopha - CC

Nous voici en route pour les Hauts-de-Seine, direction banlieue sud, pour Châtenay-Malabry dont on a déjà parlé cet été, avec la maison de Chateaubriand, au cœur du Parc-de-la-Vallée au loup. Chateaubriand, Châtenay, ça commence de la même manière, Jean, mais bien sûr aucun rapport ?

Non, malgré la similitude troublante. Pourtant, il y a un point commun entre les deux, c’est l’amour des arbres. Chateaubriand, romantique s’il en est, a pris en effet un immense plaisir à peupler de très beaux arbres le parc qui servit d’écrin à sa demeure, et c’est peut-être à un arbre bienfaisant qu’on doit le nom de Châtenay, déformation du châtaigner, très utilisé dans la charpente, pour sa solidité. De grands étymologistes tels qu’Albert Dauzat pensent que c’est l’origine du nom de la commune, mais d’autres pensent actuellement que ce serait plutôt un lointain petit château… Bon, allez, avec une charpente en châtaignier ! Quant à Malabry, c’est tout simplement « mal abri », comprenons « abri de la maladie », il y avait en effet jadis, là une maladrerie, une léproserie. Mais, j’y reviens le châtaignier est aussi à l’honneur ailleurs à Châtenay-Malabry.

Il faut nous en dire plus Jean. Vous voulez évoquer un autre parc ?

Non mais l’église qui porte comme celle de Paris le nom de Saint-Germain l’Auxerrois, avec un superbe clocher roman et monter au clocher, c’est passer par une très élégante vis de châtaigner, vis c’est-à-dire un escalier tournant, en spirale, c’est le premier sens du mot vis, escalier tournant, qui venait d’ailleurs de la vigne, qui comme on le sait vrille. À juste titre les Châtenaisiens sont fiers et de leur église et de leurs deux écrivains.

Deux ? Jean, on a repéré Chateaubriand, mais quel est l’autre ?

Voltaire qui y séjourna souvent, tout simplement parce ses parents y possédaient une propriété. Deux Châtenaisiens célèbres, c’est impressionnant. Sans oublier toutes les sommités qui passent par l’École Centrale ! Bon, tous les deux on ne sort pas de Centrale, l’école biensûr