Événements

Au nom des lieux

Église notre dame à Bougival
Église notre dame à Bougival - CC

Tourgueniev avait une datcha à Bougival

Diffusion du mardi 26 septembre 2017 Durée : 1min

On prend le bateau ce matin, en aval de la Seine, on s’arrête dans les Yvelines, à Bougival, à 7 km à l’est de Saint-Germain-en-Laye, rive gauche. Bien joli lieu, célébré par les peintres ?

Bien joli lieu en effet que cette commune déjà attestée à la fin du VIIe siècle, sous la forme compliquée de Beudeschisilo Valle, avec donc déjà la mention d’un val, ce mot qu’on retrouve à la fin de Bougival. En vérité, cette partie concave de la Seine, où se trouve Bougival, correspond au débouché d’un vallon dans lequel coulait un ruisseau aujourd’hui enfoui sous l’avenue de la Drionne, le Drionne c’est en effet le nom de ce ruisseau responsable du relief. Ces caractéristiques géographiques ont forcément donné du charme à la commune qui devint un lieu de villégiature au XIXe siècle, avec de nombreux artistes qui y séjournèrent, par exemple les peintres Corot, Turner, Meissonier, Renoir, sensibles au lieu et notamment à la Grenouillère, où se déroulait tous les dimanches d’été un bal populaire attirant les canotiers, si bien décrits par Maupassant. On y retrouve aussi des musiciens comme Bizet ou Berlioz, sans oublier le grand écrivain, Tourgueniev qui y avait ce qu’on a appelé sa datcha.

Une datcha en région parisienne ? Une datcha, c’est bien une maison de campagne, mais russe ?

Oui mais, en fait, l’écrivain Ivan Segueïevitch Tourgueniev, russe exilé, s’était installé à Bougival où il devait finir ses jours en 1883. Il y occupait une propriété aujourd’hui métamorphosé en Musée, bel hommage à ce célèbre Bougivalais. On retrouvera dans ce musée nombre de photos et de gravures de sa famille et de ses amis, ainsi que son piano. Rendre visite à ce musée qui abrite donc les souvenirs de ce précurseur de l’abolition de l’esclavage est un grand moment. J’allais oublier sans doute le premier Bougivalais célèbre : le francique Baudegisil, pas facile à prononcer, d’où le rapprochement avec le mot « bougie ». Bon anniversaire Baudegisil !