Événements

Au nom des lieux

De l'empire Hittite aux Araméens
De l'empire Hittite aux Araméens - Le Louvre

De l’empire Hittite aux Araméens au Louvre

Aujourd’hui, départ pour le premier arrondissement, au Musée du Louvre. Et plus précisément pour une exposition intitulée : De l’empire Hittite aux Araméens. Ce sont de fait des civilisations oubliées qui jusqu’aux alentours de 1200 avant Jésus-Christ, étaient de grande importance et dont on a encore des traces sur la frontière entre la Turquie et la Syrie, notamment au site de Tell-Halaf. Vous nous expliquez de quoi il s’agit ? 

Volontiers : l’empire Hittite était d’une grande puissance, rival de l’Égypte antique, il dominait l’Anatolie en étendant toute son influence sur le Levant. L’exposition offerte au Louvre permet de redécouvrir les sites mythiques de cette civilisation oubliée. C’est en 1911 que grâce à des fouilles conduites par Max von Oppenheim on redécouvrit ce site syrien, avec de grandes sculptures ornant le palais du roi araméen Kapara, le tout ayant été ramené à Berlin. Mais les bombardements de la Seconde Guerre mondiale les avaient bien endommagées, ce n’est qu’en 2000 qu’elles furent restaurées, d’où les expositions possibles depuis.

Le nom même d’Hittite vient d’où ?

En fait ce peuple du deuxième millénaire av. J.-C. tient son nom de la région où il s’était établi, le Hatti, situé en Anatolie centrale. L’Anatolie, appelée aussi Asie mineure, vient du grec anatole, signifiant Orient, littéralement lever de soleil désignant donc l’extrémité occidentale de l’Asie, incluant la Turquie. Quant aux Araméens, leur nom vient de l’ancienne région d’Aram, au centre de la Syrie. Leur alphabet a été largement adopté en hébreu et en arabe, leur langue fut l’une des langues quotidiennes de Judée, la langue parlée par Jésus-Christ et celle d’une grande partie des livres bibliques. Et pour revenir à la collection présentée au Louvre, il faut souligner que le Louvre s’est fortement engagé pour protéger le patrimoine araméen, hittite, en péril dans le conflit syrien. Cette exposition a donc quelque chose de militant du côté de la paix. L’art et la paix vont souvent de pair.