Loisirs Événements

Au nom des lieux

2min

Aubergenville ne tient pas son nom d'un établissement

Par le vendredi 13 octobre 2017
Podcasts : iTunes RSS
Église St Ouen d'Aubergenvill
Église St Ouen d'Aubergenvill © Getty - Spedona - CC

En route pour les Yvelines, ce matin, le long de la Seine, rive gauche, à 41 kilomètres de Paris, pour une commune au nom formidable Aubergenville, alors d’emblée, on imagine une cité gastronomique avec « des auberges en villes » !

Eh bien, il ne fait aucun doute qu’il y a d’excellents lieux de restauration à Aubergenville, avec un mot commençant par « auberge », mais en réalité on doit le nom de la commune à une dame germanique se nommant Adalberga - peut-être d’ailleurs cuisinait-elle très bien - c’est du latin Adabergavilla, devenu Aubergenvilla, attesté au XIIe siècle, qu’est issu Aubergenville, ainsi écrit en 1351. Les noms de ville sont parfois trompeurs et c’est naturellement que l’on prononce des mots se ressemblant en les assimilant au nom le plus connu, ici l’auberge. Au départ, au croisement de deux vallées, à l’ouest celle de la Mauldre et au nord, celle de la Seine, le site a sans doute déjà correspondu à une bourgade gauloise et il est probable que le premier village fut abandonné au moment des invasions normandes. Mais au XIe siècle, le village reprend vie avec le château de Montgardé dominant la vallée de la Mauldre. En 1843, une gare dessert alors la ville qui devient résidentielle et se construit en 1921 le quartier d’Élisabethville, une vraie cité-jardin…

Pourquoi Élisabethville, jean ? Il ne s’agit quand même pas de la reine Elisabeth ?

Si, mais Elisabeth reine des Belges, sollicitée pour être la marraine de ce quartier, proche de la gare. On y trouvait 150 villas, un golf et un casino, sans oublier ce qu’on a appelé la « plage de Paris », au bord de la Seine. Et puis, plus tard, en 1952 s’est implantée aussi l’usine Renault de Flins, qui a participé évidemment grandement à l’essor de la ville. Les Aubergenvillois, bénéficient par ailleurs depuis peu d’un Centre nautique « Les Bains de Seine et Maudre », inauguré en 2011 par Bernard Laporte. Pas question à Aubergenville de ne pas savoir nager ! On y est sportif ! Et bien sûr on y mange très bien