Loisirs Événements

Au nom des lieux

s

Beaubourg

Par le vendredi 27 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
Centre Pompidou
Centre Pompidou © Getty - Bertrand Rindoff Petroff - French Select

Nous sommes ce matin au cœur de Paris, dans le IVe arrondissement, sur un plateau qui accueille le Centre national d’art et de culture portant le nom de l’un de nos Présidents : on a reconnu le Centre Pompidou, le long de la rue Beaubourg, mais au fait, pourquoi Beaubourg ?

Nous sommes ce matin au cœur de Paris, dans le IVe arrondissement, sur un plateau qui accueille le Centre national d’art et de culture portant le nom de l’un de nos Présidents : on a reconnu le Centre Pompidou, le long de la rue Beaubourg, mais au fait, Jean, pourquoi Beaubourg ?

Eh bien, la rue Beaubourg, représentait une voie principale qui fut absorbée par la capitale en 1190 au moment de la construction de l’enceinte de Philippe Auguste. En fait au début du XIe siècle, quelques chaumières avaient été bâties en cet endroit suffisamment plat et, dès le XIIe siècle, s’était déjà formé un petit village, relativement étendu, appelé bientôt tout naturellement « beau bourg ». Aujourd’hui, ce petit nom très simple, est devenu dans le monde entier synonyme d’une formidable institution culturelle, d’un musée national d’Art moderne, le tout étant né comme on le sait de la volonté de Georges Pompidou qui souhaitait qu’il y ait, au cœur de Paris, un lieu consacré à la création moderne où voisineraient les arts plastiques, les livres, le design, la musique et le cinéma. Et voilà comment le 31 janviers 1977 était créé le Centre dit Pompidou. Et savez-vous combien ce Centre a accueilli de visiteurs en 2016 ?

Un ou deux millions sans doute ?

Trois million trois cent mille visiteurs, et ce sont un millier de personnes qui y travaillent sur cent trois mille trois cent cinq mètres carrés dont quarante-cinq mille accessibles au public. Le petit bourg est devenu, entre nous, pour le moins un grand bourg. On a du coup complètement oublié la polémique qui avait fait donner de bien vilains noms au bâtiment, par exemple Notre Dame de la tuyauterie, ou le Hangar de l’art, la Raffinerie de pétrole ou la Verrue d’avant-garde. On ne retient plus que le succès de Beaubourg. Tiens Bill, si on allait jongler sur le parvis de Notre Dame de la tuyauterie !