Webradio 100% Johnny Hallyday

Écoutez la webradio dédiée à Johnny Hallyday

France Bleu rend hommage à Johnny Hallyday. Découvrez avec notre webradio ses plus grandes chansons, mais aussi des rendez-vous et séries que nous avons consacrés au chanteur.

Loisirs Événements

Au nom des lieux

2min

De quelle Reine Bourg-la-Reine est-il le bourg ?

Par le jeudi 5 octobre 2017
Podcasts : iTunes RSS
Bourg-la-Reine
Bourg-la-Reine - CC

On prend le RER B direction Orsay, ou encore en voiture en passant par la Porte d’Orléans, on parcourt alors 4 kilomètres sur l’ancienne nationale 20, et nous voilà à Bourg-la-Reine, dans les Hauts-de-Seine. Et là on ne peut pas s’empêcher se dire que c’est sûrement un « bourg marqué par une reine, mais alors quelle reine ?

Aucun doute en effet, la commune est transparente dans son appellation, avec bourg, b o u r g, croisement du latin burgus, fortification et du germanique burg ville fortifiée, d’où en latin médiéval « burgus », la petite ville. C’est donc depuis bien longtemps une petite commune et la première fois qu’on y fait référence, c’est en 1152 sous la forme latine Burgus reginae, dans un recueil d’actes monastiques où on cite des religieuses de Montmartre autorisées à y faire construire une église. Mais pour nous la question reste entière : quelle Reine a fait appeler ce lieu Bourg-la- Reine ? À dire vrai, on a souvent cité Blanche de Castille, mère de saint-Louis, mais comme elle a régné au XIIIe siècle, on a vite compris que c’était faux, il s’agit en fait de la reine Adélaïde de Savoie, épouse de Louis VI le Gros, qui ayant fondé un couvent à Montmartre, le fit doter de nombreuses terres dont le territoire actuel de Bourg-la-Reine. Et pour rendre hommage à cette bienfaitrice, lesdites religieuses appelèrent ces terres Bourg-la-reine.

Aujourd’hui, personne n’ignore Bourg-la-Reine. Parce que c’est un vrai lieu de passage, RER ou nationale, mais comment la ville s’est-elle rendue célèbre, Jean et comment appelle-t-on ses habitants ?

Eh bien au confluent de la Bièvre et du ruisseau de la Fontaine du Moulin, la terre était fertile d’où une solide activité agricole et au début du XXe l’implantation de pépiniéristes avec des roses et des violettes célèbres, sans oublier de très belles faïenceries. Et parmi Les Réginaburgiens - c’est leur gentilé en partant de Burgus Reginae - repérons Condorcet qui y est mort, Évariste Galois qui y est né, Clemenceau qui y habita, et Julien Clerc qui lui a même consacré une chanson