Événements

Au nom des lieux

Des enfants dans une cabane
Des enfants dans une cabane © Getty - Summer Of The Shark

Cabanes à la Citée des Sciences

Diffusion du vendredi 28 décembre 2018 Durée : 2min

Place aux enfants en ces fêtes de Noël, et là Jean vous avez choisi de nous faire jouer, enfants et adultes à la Cité des sciences dans le cadre d’une exposition intitulée tout simplement Cabanes, mais attention « cabanes » au pluriel. C’est une exposition qui est ouverte depuis le 22 décembre, et pour les enfants de deux à dix ans… Qui d’entre nous, Jean, n’a pas fait sa cabane quand il était jeune ! 

Exactement, Alexis, j’aime encore en faire ; finalement pour construire sa cabane il n’y a pas d’âge. Alors ici on se situe dans la ligne de programmation de la Cité des sciences et de l’industrie, appelée Petits curieux, et cette exposition a été conçue par des spécialistes de la petite enfance. De quoi s’agit-il ? Tout d’abord d’une vingtaine de cabanes à explorer, créées par des artistes et des artisans, avec des concepts parfois intrigants, par exemple une cabane de nœuds, une cabane qui bouge, ou transparente, un cabane qui fait un peu peur. Et puis aux jeunes visiteurs de faire évoluer ces cabanes en en construisant aussi avec des matériaux de récupération. Belle créativité disent les psychologues.

En fait, on voit mal les enfants jouer aux cabanes en plein Paris, là on leur offre un espace et c’est bien. Mais ce mot, qui fait penser à ma cabane au Canada, il vient d’où en définitive, Jean ? 

C’est en 1387 précisément qu’on le rencontre pour la première fois avec le sens actuel d’une petit habitation très sommaire, mais ça se dégrade, parce qu’un siècle plus tard, on parle déjà d’abri pour les animaux et notamment de cabanes à lapins. Le mot est venu du provençal cabana, chaumière, attesté au XIIIe siècle, lui-même issu du latin capanna. On a évoqué aussi très vite la cabane du chasseur, du pêcheur, du cantonnier, et donc la cabane à outils. Il vaut mieux éviter de parler du cabanon qui arrive vers 1750 et qui a presque tout de suite désigner le cachot. Vive les cabanes, non au cabanon ! Encore qu’on a parlé de « cabanon de plage », ça c’est très bien, là, au bord de la Seine. Oui, mais en décembre…