Événements

Au nom des lieux

Chateau de Monte-Cristo
Chateau de Monte-Cristo © Maxppp - Olivier Boitet - Le Parisien

Château de Monte-Cristo

Diffusion du mardi 25 juillet 2017 Durée : 1min

On se rend ce matin à Port-Marly, pour la visite d’un pavillon de trois étages achevé en 1847, dont le propriétaire a enchanté par ses romans plusieurs générations. Il s’agit d’Alexandre Dumas, auteur du célèbre roman, Le Comte de Monte-Cristo, publié en 1844 et qui, alors en pleine gloire, décida d’appeler « le château de Monte-Cristo » la maison qu’il se fit construire sur les coteaux de Port-Marly, une maison qui a toute une histoire, Jean…

Eh bien oui, il faut savoir d’abord qu’Alexandre Dumas était haut en couleurs, dépensant à tout va dès qu’il avait de l’argent. Le Comte de Monte-Cristo avait eu un succès énorme, avec le héros Edmond Dantès s’échappant du château d’If au large de Marseille, et devenant un comte richissime se vengeant méthodiquement de ceux qui l’avaient fait injustement emprisonné. Ce roman devenu internationalement célèbre fera l’objet au XXe siècle de nombreux films dont l’un avec Gérard Depardieu en 1998. Dumas, avait fait construire ce château sur un terrain en pente, humide, peu propice à la construction, qu’à cela ne tienne, il le fait assécher, se ruine en énormes fondations contre l’avis de tous. Et s’édifie donc à grands frais ce château dans le style Renaissance en y ajoutant sur un ilot un autre petit bâtiment de style néogothique, qu’il utilise comme son cabinet de travail.

On sait que comme Balzac, Dumas, était dans la démesure, se ruinant souvent, ce sera donc le cas aussi avec ce château, j’imagine…

Eh bien, Robin, juste un chiffre, au moment de la pendaison de crémaillère, en 1847, il invite 600 personnes à un repas de plusieurs jours… Et en 1848, il était déjà obligé de vendre cette superbe propriété où il avait fait apposer cette devise « J’aime qui m’aime ». Visiter ce château, sauvé grâce à l’Association des amis d’Alexandre Dumas et au mécénat du Bey de Tunis, c’est découvrir par exemple un fameux salon mauresque, à la mode à l’époque, et c’est plonger dans l’univers émouvant de Dumas. En vérité, Robin, Renan nous fait rêver avec sa maison comme il nous a fait si bien rêver avec ses romans.