Événements

Au nom des lieux

La maison de Chateaubriand à Chatenay-Malabry
La maison de Chateaubriand à Chatenay-Malabry © Maxppp - Jean Baptiste Quentin - Le Parisien

Chatenay-Malabry, la demeure du romantisme

Diffusion du vendredi 15 juin 2018 Durée : 1min

Ce matin, départ pour les Hauts-de-Seine, pour une belle promenade, et aussi pour une exposition, dans la Vallée-aux-loups, c’est le nom du domaine où vécut Chateaubriand pendant plus de dix ans. Et le Département des Hauts-de-Seine d’organiser des manifestations culturelles dans ce cadre, la Maison de Chateaubriand. C’est un auteur à l’origine du romantisme, c’est bien ça ? 

Oui, du romantisme en France. Rappelons en effet qu’après le siècle de Louis XIV, dit le siècle classique avec une langue pure où, disait-on, « le moi était haïssable », c’est-à-dire l’expression de ses sentiments personnels, eh bien vient le mouvement romantique qui commence juste avant la Révolution et qui s’épanouit dans la première moitié du XIXe siècle. Les jeunes écrivains repoussent alors vigoureusement les règles du classicisme pour valoriser au contraire l’expression de ses états d’âme, ses tristesses, ses enthousiasmes. Mais tout cela est notamment issu de l’Allemagne, avec Goethe et son roman les Souffrances du jeune Werther qui a contribué à créer l’image du héros romantique.  

Et justement, en ce moment, sur ce sujet, il y a des expositions, à la Maison de Chateaubriand dans le superbe parc de la Vallée-aux-loups.

En effet, et d’ailleurs aujourd’hui, il y a un colloque consacré à Chateaubriand et la politique, Chateaubriand a eu en effet un rôle important en politique. Plus largement, il y a aussi, organisé par le Département des Hauts-de-Seine, une exposition de 45 dessins et aquarelles de Goethe qui, comme Victor Hugo également romantique, était aussi doué en littérature qu’en dessin. Qu’évoquent ces dessins ? Eh bien des  paysages romantiques d’Italie, d’Allemagne et de Suisse que Chateaubriand et Goethe ont effectués. Ils sont superbes et accompagnés de citations de Chateaubriand. Et croyez- moi, ce parc de la Vallée aux loups est à lui seul déjà un paysage magnifique. Et pas l’ombre d’un loup ! Pourtant ces dessins, on les dévore, des yeux…