Événements

Au nom des lieux

Eaubonne
Eaubonne - Clicsouris - CC

Eaubonne

Diffusion du lundi 6 mars 2017 Durée : 2min

Cap sur le Val-d’Oise ce matin, pour boire de la bonne eau, si j’en juge au nom de la commune que nous rejoignons à 12 kilomètres au nord-ouest de Paris, au cœur de la vallée de Montmorency, j’évoque bien sûr Eaubonne… Une origine transparente, comme l’eau.

Cap sur le Val-d’Oise ce matin, pour boire de la bonne eau, si j’en juge au nom de la commune que nous rejoignons à 12 kilomètres au nord-ouest de Paris, au cœur de la vallée de Montmorency, j’évoque bien sûr Eaubonne… une origine transparente, comme l’eau.

C’est bien en effet l’origine du nom de cette commune traversée dans sa longueur par le ru d’Enghien, qui prend sa source en forêt de Montmorency. Et c’est dès le départ que les Romains ont appelé ce petit territoire Aqua Puta, qui voulait dire « eau purifiée », puis Aqua Bona qui sonne mieux, se traduisant tout simplement par Eaubonne, en un mot et dans notre orthographe actuelle. En fait ce sont les légions romaines qui apprécièrent la qualité de l’eau, et désignèrent ainsi la commune, d’un nom déjà attestée sous le Roi Dabobert en 635. Seigneurie des Montmorency au XIe siècle, puis des Condés au XVIIe, c’est au XVIIIe avec Le Normand de Mézières que le village s’urbanise avec des petits châteaux, en devenant un lieu de villégiature. Le chemin de fer, vivifiera ensuite la ville avec trois réseaux différents dont la ligne C en 1988, La ville est appréciée, notamment par Jean-Jacques Rousseau pour d’autres raisons que le chemin de fer…

Pas encore né au XVIIIe siècle… mais on devine qu’il y a là sans doute une histoire d’amour

Dans ses Confessions Rousseau célèbre en effet La Comtesse d’Houdetot, Eaubonnaise de grande finesse, mais Jean-Jacques Rousseau n’est pas payé de retour, le cœur de la dame est déjà pris par le poète Saint-Lambert qu’elle recevait dans une maison aujourd’hui détruite. Eaubonne séduit assurément les poètes. La preuve : pourquoi le Centre culturel s’appelle-t-il l’Orange bleue ! Parce Paul Éluard y a aussi séjourné. Et rappelez-vous son poème : « La terre est bleue comme une orange »... Il aurait pu dire : « La terre est bleue, Bleue comme l’eau bonne d’Eaubonne... » Bon d’accord, l’étymologie ça va, mais pour la poésie je peux repasser !