Événements

Au nom des lieux

La rue de la Brèche à Epône
La rue de la Brèche à Epône - CC-BY - Wikicommons

Épône

On part ce matin dans les Yvelines, au nord-ouest du département, au confluent de la Mauldre et de la Seine, à 10 km de Mantes-la-Jolie, 36 km de Versailles, 45 km de Paris, on ne peut pas être plus précis : nous somme à Épône, avec un accent circonflexe sur le o, Épône qui forme avec Mézière-sur-Seine une agglomération de 10 000 habitants. Épône, Jean, c’est un joli nom, mais qui vient d’où ? 

Eh bien, Robin, voilà une question qui devrait appeler une réponse précise de ma part. Parce qu’en général les mots de ce type font référence à Épona, la déesse gauloise des chevaux et la protectrice des cavaliers. Ce qu’on appelle d’un mot savant, un théonyme, -onyme signifiant « nom » en grec et « théo », divinité. Mais le fait que dès qu’on se tourne vers les attestations les plus anciennes, on tombe sur spedona, en 980, qui deviendra en 1075 Speonna villa, puis Epone par abréviation habituelle, écarte l’hypothèse gauloise. Quelques érudits pensent cependant que spedona pourrait être assimilé à un serpent de mer. Que dire, si ce n’est qu’au confluent de la Mauldre et de la Seine, l’image n’est pas impossible. Y aurait-il eu le  monstre de la Mauldre ? 

Diable, et s’il rôdait encore sur la Seine ! Et comment alors appelle-t-on les habitants d’Épône ? 

Les Éponois et s’agissant de leur patrimoine, architectural ou naturel, relevons tout de suite qu’ils disposent de ce qu’on appelle une réserve naturelle, un biotope, dans une ancienne gravière abandonnée au nord de la commune, près de la Seine avec 226 espèces de plantes et 163 espèces d’oiseaux, dont 110 protégés. Que ce soit ainsi si précisément répertoriés m’impressionne. Ah Robin, parmi les plantes recensées, quelle joie de repérer la zanichelle des marais, l’orobanche pourprée, le polystic à aiguillons… qu’en vérité je ne saurais pas vraiment reconnaître. C’est tout de même formidable de protéger nos amis les plantes et les oiseaux. Et ne pas oublier par ailleurs l’existence d’un Temple de l’amitié, tout petit pavillon mais classé monument historique. Respect à nos amis épônois !