Événements

Au nom des lieux

L'ïle-de-Loisir de Vaires-Torcy
L'ïle-de-Loisir de Vaires-Torcy

L'Île-de-loisirs de Vaires-Torcy

Diffusion du mardi 28 août 2018 Durée : 1min

On prend le train Gare de l’Est, direction Strasbourg, mais attention on s’arrête en Seine-et-Marne tout près de Torcy à la gare de Vaires-Torcy. On n’a pas pris le TGV qui y passe bien, mais à 220 km/h. La Gare est en effet desservie maintenant par la ligne P du Transilien. Mais ce qui vous intéresse c’est l’Île de loisirs de Vaires-Torcy.

Oui, sur la Marne, mais au passage, c’est vraiment bien de parler de cette gare parce qu’elle a été mise en service en 1898, par la Compagnie des chemins de fer de l’Est après un long combat de la commune de Torcy. En fait la ligne avait été ouverte en 1849 et ce n’est finalement qu’à la fin du siècle qu’il ont obtenu une gare. C’est en effet vital pour une commune. C’est aujourd’hui le transilien en direction de Meaux qui s’y arrête. De fait la ville de Vaires-Torcy n’existe pas, pas plus que Massy-Palaiseau, c’est seulement le nom d’une gare desservant les deux communes.. Et tout près donc, il y a l’Île-de-Vaires-Torcy.

Une île où il y a des festivités, on l’appelle d’ailleurs l’île-de-loisir de Vaires-Torcy.

Exactement, Robin, et au-delà des activités nautiques de ce site sur la Marne, c’est le théâtre populaire soutenu par la Région qui vient au-devant des Franciliens sur cette île-de-loisirs avec des pièces données jusqu’au 29 août. On y joue par exemple les -28-et 29 août, aujourd’hui donc et demain, la Guerre des salamandres, et d’autres pièces. Pour nous, c’est l’occasion de rappeler l’origine du mot théâtre à laquelle on ne songe jamais. Rien de plus simple à dire vrai : il vient du mot grec theatron, thea désignant l’acte de regarder et tron, dénotant l’endroit, le lieu. Le théâtre est bien le lieu où l’on regarde en effet. À propos Vayres, tient sans doute son nom du nom gaulois de l’aulne, qui pousse près de l’eau, où il peut y avoir des salamandres et Torcy, vient du nom d’un gallo-romain Turcius. Et qui nous dit, Robin, qu’il n’aimait pas le théâtre et les salamandres ?