Événements

Au nom des lieux

La façade de l'Olympia
La façade de l'Olympia © Getty - Keystone France Gamma-Rapho

L'Olympia à l'occasion du concert de Coeur de Pirate

Préparez votre guitare, ce soir on part au spectacle, on va rejoindre le groupe et la chanteuse Cœur de Pirate, qui se produit à l’Olympia, le plus anciens music-hall de Paris.

Oui, mais je n’imagine pas que Béatrice Martin, la chanteuse, alias Cœur de pirate, parolière, interprète et pianiste québécoise s’encombre d’un guitariste des plus amateur ! Quant à l’Olympia, c’est un cadre magnifique, effectivement que ce plus ancien music-hall encore en activité, actuellement la propriété du groupe Vivendi. C’est en 1888, que ce fondateur du Moulin rouge, Joseph Ollier posa d’abord des montagnes russes dans une cour donnant Boulevard des Capucines puis il les fit démolir et construisit une salle de spectacle de 2000 places qu’il inaugura le 12 avril 1893.  Y viendront La Goulue, formidable danseuse de cancan, et Fregoli, transformiste, jouant donc de nombreux personnages en changeant grès vite de costume. Mistinguett, Yvonne Printemps, s’y illustreront aussi. Mais en 1929, le public allait en s’étiolant et la salle devint un simple cinéma. 

Et puis Bruno Cocatrix est venu relancer l’Olympia en tant que music hall, Jean ? 

Oui, en 1954, au moment où la salle est reconstruite, le propriétaire Jacques Haïk engage Bruno Cocatrix comme directeur, le nouvel Olympia ouvre en 1954, et le public revient, pour des artistes comme Gilbert Bécaud, Georges Brassens, Jacques Brel, Léo Ferré, Édith piaf, Juliette Gréco, Barbara, Johnny. On y verra même les Beatles et les Rolling Stones. Et voici donc Cœur de pirate. Un mot tout de même sur pirate, qui vient du grec peirates, lui-même issu de peira, signifiant faire une tentative. Repris en latin, pirata, a désigné alors celui qui se hasarde en mer. Puis le pirate devint l’aventurier courant les mers pour piller les navires de commerce à son profit. À la différence du corsaire opérant de la même façon mais avec l’autorisation du gouvernement. Qu’importe, Cœur de pirate nous séduit, portée par une mer de spectateur !