Loisirs Événements

Au nom des lieux

2min

La coulée verte

Par le lundi 3 juillet 2017
Podcasts : iTunes RSS
La coulée verte à Chatillon
La coulée verte à Chatillon © Maxppp - Pascale Auran

Eh bien voilà, ce matin, adieu le RER, le métro, arrière la voiture, les gaz d’échappement ! On prend notre vélo, ou de bonnes chaussures, pour une belle et longue promenade, et on se coule en douceur dans la verdure, sur une voie qui va nous conduire sur douze kilomètres de la Porte Brancion à Massy, vous avez compris qu’il s’agit de la coulée verte dite plus précisément du Sud-Parisien. Jean, de quand date cette coulée, et qu’est-ce que ça veut dire d’ailleurs une « coulée ».

Eh bien Ségolène, ce qui est drôle tout d’abord c’est que le verbe couler vient du latin colare, signifiant filtrer, épurer, d’où l’idée d’un liquide en mouvement. Mais entre nous s’épurer les poumons, c’est bien ce qu’on fait dans la coulée verte, sans rencontrer un seul véhicule à moteur, entouré d’arbres et d’espaces verts. Le verbe « couler » est né en français au XIIe siècle puis trois siècles plus tard, voici la « coulée » attestée en 1611, qui a d’abord très joliment désigné le sentier étroit par lequel le cerf regagne son refuge. Bon… Ségolène, je ne vous promets pas que vous verrez des cerfs en parcourant la coulée verte, mais ce sera une superbe détente et si vous y allez avec des enfants, une véritable cure de santé et de bonne humeur ! Elle n’est pas très ancienne, puisqu’elle a été réalisée entre 1989 et 1993.

Mais Jean, comment a-t-on fait pour que cette coulée puisse se glisser, traverser des communes très denses sans être bloquée par des maisons, des routes, le chemin de fer ?

C’est effectivement un vrai défi et je me posais la même question jusqu’à ce que je comprenne qu’en fait la coulée verte a bénéficié d’une ligne de chemin de fer projetée entre Paris et Chartres, ligne jamais achevée. Et de fait, c’est prodigieux de partir de traverser ensuite l’Essonne, puis les Hauts de Seine et neuf communes, Malakoff, Châtillon, Bagneux, Fontenay-aux Roses, Sceaux, Châtenay-Malabry, Antony, Verrières-le-Buisson et Massy. Encore un effort et on était chez moi à Palaiseau, Ségolène. Ah le rêve, s’enfiler dans la coulée verte, puis se la couler douce chez soi ! Eh bien, demain, je viens vous voir en passant par la coulée verte ! Chiche ! Ah oui, mais faudra me prêter votre vélo, Ségolène