Événements

Au nom des lieux

La Flûte Enchantée
La Flûte Enchantée - Capture trailer de l'Opéra Bastille

La Flûte enchantée à l'Opéra Bastille

Diffusion du vendredi 31 mai 2019 Durée : 2min

Ce matin, on part pour un haut lieu de l’Opéra, dans le 12e arrondissement. Tous à la Bastille, à l’Opéra Bastille bien sûr, celui conçu par Carlos Ott, et inauguré le 13 juillet 1989. Et que va-t-on écouter ? La Flûte enchantée par Wolfgang Amadeus Mozart, un opéra mythique qui se joue jusqu’au 15 juin. Et là, il y a beaucoup de choses à dire !

Oui, tout d’abord, rappeler que l’Opéra Bastille a été inauguré en 1989 à l’occasion du bicentenaire de la Révolution. Avec 2703 places dans cet Opéra, dont la construction fut décidée dès 1983. Certes, les premières années l’équipement n’était pas au point mais ce fut vite réparé, puis vinrent quelques problèmes de façade, une dalle étant tombée en 1990, heureusement personne sous la dalle ! On a évité un enterrement brutal ! Neuf millions d’euros plus tard tout était réglé .De fait, cet Opéra d’une acoustique formidable est aujourd’hui un atout merveilleux pour la musique. Opéra veut dire œuvre en latin. Alors place aux chefs d’œuvre ! 

Avec donc en ce moment un chef d’œuvre de Mozart, la Flûte enchantée. 

En effet, c’est le dernier opéra de Mozart, qui a été représenté en 1791 dans les faubourgs de Vienne au théâtre de Schikaneder, en accueillant un public populaire, ce fut un succès immédiat. C’est en effet un merveilleux conte pour enfants, avec le prince d’un pays lointain à la recherche d’une princesse quelque peu suicidaire, belle méditation sur l’existence humaine. On y rencontre un serpent géant, un oiseleur fanfaron, une Reine de la Nuit et un curieux Grand Prêtre s’accompagnant de rites étranges. Alors pour quoi la flûte ! Parce que le Prince Tamino attaqué par un serpent géant, puis sauvé par trois dames d’honneur de la Reine de la nuit chantant sa beauté, entend en se réveillant un air de flûte de Pan... Et alors commence une merveilleuse histoire. Enchanteresse ! Eh bien, Robin, le mystère est complet pour nous aussi, on ne sait pas en effet d’où vient le mot « flûte »... Peut-être une onomatopée, pour ce son imitant un souffle. En tout cas, c’est un opéra époustouflant !