Événements

Au nom des lieux

La Gare des Baconnets
La Gare des Baconnets - Geralix

Les Baconnets, que l'on appelle aussi le Grand L

Diffusion du mardi 9 janvier 2018 Durée : 2min

Les habitués de la ligne B du RER, direction Massy-Palaiseau, connaissent parfaitement cette gare, elle porte un nom qui sonne bien en langue française, sans pour autant être transparent, Les Baconnets. C’est le nom d’une commune ?

À dire vrai, non, et  comme pour un certain nombre de stations de RER, c’est ici le nom d’un quartier, qu’il faut bien desservir, en traversant notamment des communes importantes, en l’occurrence Antony. Au passage rappelons qu’Antony doit son nom à un certain Antonius, propriétaire gallo-romain. Et dans cette commune traversée par la ligne du RER, il y a déjà, en partant de Paris, La Croix-de-Berny, correspondant au château de Berny presque totalement détruit. Et donc après la station d’Antony, et celle de Fontaine-Michalon, vient Les Baconnets, nom du quartier et d’un ensemble d’habitations se situant donc sur Antony dans les Hauts-de-Seine, et sur Massy, dans l’Essonne. Une gare a donc été édifiée en 1969, aux Baconnets, gare mise en service au point kilométrique 17,85 précise la RATP. Avec, plus d’un million et demi de voyageurs par an. Ce n’est pas rien.

Et d'où vient, en définitive ce mot "baconnets" ?

On dira d’abord que c’est un quartier sensible traversé par la voie du RER et qui comptait à l’origine 1984 logements sociaux gérés par l’office Public de l’habitat ds Hauts-de-Seine. Il y eut un renouvellement urbain important  avec notamment une barre dite Les Pyrénées, appelée aussi le Grand L, de par sa forme. Alors pourquoi Baconnets ? Très probablement parce qu’un propriétaire lointain portait ce nom de Baconnet. Un nom, disent les étymologistes, qui est fondé sur le mot bacon, d’origine germanique, désignant le jambon, le lard. Du coup, il y a deux origines au nom donné à un lieu ou à une personne. Il s’agit en effet soit d’une terre striée comme du lard, soit d’un propriétaire marchand de lard… Ça tombe bien, j’ai faim