Événements

Au nom des lieux

La ferme urbaine Agripolis (visualisation)
La ferme urbaine Agripolis (visualisation)

La plus grande ferme du monde toits de Paris

Diffusion du lundi 11 mars 2019 Durée : 2min

Ce matin, vous avez eu envie de nous parler des toits de Paris, et en même temps de la campagne, alors là ça peut paraître curieux. Et même contradictoire. Une ferme sur les toits de Paris ? En fait, on a déjà des ruches sur les toits de l’Opéra, alors c’est un pas de plus. Mais je crois que c’est un projet. Vous nous en dites davantage ? 

Volontiers, on évoque souvent les différents lieux d’exposition de l’Île-de-France, régis par Viparis. En fait, Viparis, a lancé en 2015  un grand programme de modernisation, en souhaitant s’installer dans le développement durable. Alors une idée s’est fait jour, faire du Parc un lieu de biodiversité, notamment avec l’aménagement d’une ferme urbaine de pas moins de 14 000 m², sur le toit du futur pavillon 6 ! Et ce sera alors la plus grande ferme urbaine en toiture au monde. Et là on a de l’avance, puisque c’est au printemps 2020 que ce toit devrait être inauguré, mais à France Bleu on est toujours à l’heure et même parfois en avance ! 

C’est un projet énorme, pionnier, le concept existe déjà en anglais avec les rooftops, mais là voilà un mot qui ne vous plaît pas… 

Non, et je suis ravi qu’on évoque une « grande ferme urbaine en toiture », ce sera la plus grande au monde sur un toit. En vérité, associer, le mot ferme, un vrai symbole de la campagne, et l’adjectif urbain, par définition la ville, c’est aussi une belle idée lexicale! Évoquer à cette occasion des espaces potagers, voilà encore un joli mot. Pourquoi potager ? Parce que c’est dans un pot que cuit la soupe, d’où le potage, constitué de légumes cultivés jadis dans les jardins potagers des couvents. On prévoit pour cette ferme urbaine, plus d’une vingtaine de maraîchers qui pourraient produire en saison plus de mille fruits et légumes, le tout issu d’une trentaine d’espèces différentes. Maraîcher, encore un mot curieux, il vient des marais, propices à la culture. Alors pas de confusion : pas de marais sur les toits, mais des maraîchers. Et pourquoi pas sur les toits de Radio France.