Événements

Au nom des lieux

Musée des sapeurs pompiers du Val d'Oise
Musée des sapeurs pompiers du Val d'Oise

Le musée des sapeurs-pompiers d'Osny se visite dans les anciennes grandes écuries du château de Grouchy

Diffusion du mercredi 6 juin 2018 Durée : 1min

Nous partons ce matin pour le Val-d’Oise, il n’y a pas le feu, mais il y a pourtant des pompiers. C’est qu’on se rend à Osny, dans le Vexin français, incorporé à la ville nouvelle de Cergy-Pontoise, et qui abrite dans un parc, le musée départemental des sapeurs-pompiers ! Donc de quoi nous enflammer par la pensée, un musée passionnant ? 

Eh bien oui, assurément. Ce musée est installé dans les anciennes grandes écuries du château de Grouchy. Vingt ans durant, ce musée se trouvait auparavant dans la caserne des Sapeurs-pompiers d’Osny. C’est en 1999 que le musée a rejoint ce parc, doté aussi d’un joli château. Ce ne sont pas moins de 1500 m² d’exposition qui nous sont offerts avec le matériel de lutte contre l’incendie, du XVIIIe à nos jours et, par exemple, on y trouvera tout aussi bien des pompes à bras, que des voitures de pompiers, des motopompes ou encore des appareils respiratoires. Il s’y trouve par exemple une collection de casques, de coiffes et de tenues de 1830 à 1960. Il y a même pour les enfants une collection de jouets. Ce qui me rappelle une voiture de pompiers que m’avait offerte ma grand-mère, rouge bien sûr, avec son échelle. La voiture bien sûr, pas ma grand-mère… 

C’est aussi un musée pédagogique, je crois, pour bien faire comprendre les dangers du feu ? 

Absolument. D’ailleurs, le musée s’appelle musée des sapeurs pompiers ; ce qui mérite explication. Ce mot est entré en français en 1835 et a tout de suite été défini comme l’agent chargé du service public de secours contre les incendies, et contre les accidents qui menacent la sécurité publique. Ils ont au reste le statut militaire et on parle du corps et de la brigade des sapeurs-pompiers ». Le mot sapeur date de 1547, et il s’agissait alors des soldats chargés des tranchées à creuser pour atteindre l’ennemi. Le mot pompier au départ désignait les fabricants de pompes, puis en 1750, ce fut l’abréviation de « sapeur-pompier ». En fait ce sont les soldats du feu. Eh bien, Robin, c’est certain, il y a le feu : il faut vite aller visiter ce musée !