Événements

Au nom des lieux

Paris-Brest
Paris-Brest © Maxppp - Serge Manceau

Le Paris-Brest

Diffusion du vendredi 21 juillet 2017 Durée : 2min

Aujourd’hui, on reste dans son quartier, et on se dirige vers la pâtisserie en jouant les gourmands, Jean, vous aimez le Paris-Brest, parce que c’est de cela dont vous allez nous parler ! J’espère que vous rendez compte Jean que vous allez nuire à toutes celles et tous ceux qui ont décidé d’être raisonnables et d’éviter les pâtisseries pour garder la ligne, c’est criminel ça, Jean !

Oh, Ségolène, comme disait ma mère-grand, un tout petit gâteau ne peut pas faire de mal, si on le mange avec appétit ! Et tout de même le Paris-Brest, avec un trait d’union, je considère que ça fait partie de notre patrimoine. Bon vous êtes pardonné, alors, Jean, Pourquoi Paris-Brest ? Eh bien, c’est une belle histoire liée aux courses cyclistes. Il y avait en effet autrefois une course qui était le Paris-Brest-Paris. Elle avait été créée en 1891 par Pierre Giffard, journaliste du Petit Journal. Elle eut lieu tous les dix ans de 1891 à 1931, puis elle fut reprise en 1948 et 1951. De fait, cette course de pas moins de 1200 km aller et retour, connut un vrai succès, en mêlant amateurs et professionnel. En 1910, à la demande de Pierre Giffard, un pâtissier de Maisons-Laffitte, Louis Durand, confectionna un gâteau en forme de roue de bicyclette, à remettre au vainqueur. Le gâteau était de grande taille, de 30 à 50 cm de diamètre et à l’origine il y avait même des rayons en pâte à pain. On l’a même vendu un temps à la coupe.

Mais Jean, le Paris-Brest aujourd’hui, n’est plus forcément rond.

Il ne l’est pas toujours en effet, mais quoi qu’il en soit c’est toujours 1/4 de litre d’eau, 200 g. de farine, 100 g. de beurre, une pincée de sel, quatre œufs entiers pour la pâte à choux, puis pour la crème au beurre, 9 jaunes d’œufs, 250 g. de sucre, 250 g. de beurre pommade, et du praliné sans oublier pour la finition, 100 g. d’amandes effilées, cinquante grammes de sucre glace, et un jaune d’œuf pour la dorure. Ségolène : Jean, arrêtez tout, je grossis déjà. Mais, non après vous faites un Paris-Brest à vélo et tout est éliminé, bien sûr.