Événements

Au nom des lieux

Le Procope
Le Procope - LPLT - CC Wikicommens

Le Procope, plus ancien café restaurant de Paris

Diffusion du mardi 12 juin 2018 Durée : 2min

Bon, c’est d’accord, on ne va pas y déjeuner tous les jours, mais tout de même c’est le plus ancien café-restaurant de Paris, dans le 6e, tout près du Boulevard Saint-Germain, rue de l’Ancienne Comédie et donnant sur le passage de la cour du Commerce-Saint André : on a reconnu le Procope.

Eh bien, il faut d’abord dire qu’il a été fondé en 1686, sous Louis XIV et que dès le XVIIIe siècle ce fut un des lieux de rencontre privilégié des écrivains, et on pense à Voltaire, Diderot, d’Alembert, et après la Révolution française, voici Musset, Verlaine, Anatole France mais aussi Gambetta, et puis Robin et moi on y va très souvent, non là c’est faux, mais il va falloir y aller parce qu’on y mange en plus très bien. Avec une  réputation qui vient d’abord de son café ! 

En fait, le Procope doit aussi son succès je crois à un théâtre qui était installé rue des Fossés-Saint-Germain, vers 1680, c’est bien ça Jean ?

En fait, quand la troupe des comédiens de Molière fut chassée du théâtre des Guénégaud, ils s’installèrent au 14 de la rue qu’on appelait alors des Fossés Saint-Germain, puis rue de l’Ancienne comédie, en l’honneur justement du transfert de la Comédie française pendant un temps au numéro 14. Le café Grégoire s’installa alors en face pour profiter de la clientèle du théâtre, lorsqu’en 1670, arrive de Sicile Francesco Procopio dei Coltelli, d’abord garçon chez un cafetier rue de Tournon, mais en 1686, il se met à son compte et rachète à Grégoire son établissement qu’il décore luxueusement. En 1689, il ouvre alors ce café qui, dès le XVIIIe siècle, va connaître un très grand succès. Montesquieu en parle même dans les Lettres Persannes : « Le café, écrit-il, est très usage à Paris ». Et d’évoquer une « maison » « où l’on apprêtd le café de telle manière qu’il donne de l’esprit à ceux qui en prenne, au moins à tous ceux qui en sortent, … quatre fois plus que lorsqu’il y est entré ». Bien, c’est décidé, je vais écrire mes chroniques au Procope.