Événements

Au nom des lieux

Notre Dame du Val-de-Grâce
Notre Dame du Val-de-Grâce - Pline - CC Wikicommons

Le Val de Grâce était le refuge d'Anne d'Autriche

Diffusion du vendredi 8 juin 2018 Durée : 2min

On va faire comme Anne d’Autriche quand elle voulait échapper un peu à la cour de Louis XIII, son mari, et qu’elle se rendait dans ce qui n’était pas encore Paris, mais une charmante vallée dite de la Grâce. Nous voilà donc ce matin dans le cinquième arrondissement, au « Val de Grâce », aujourd’hui marqué par son hôpital et le musée du service de santé des armées. 

Eh bien oui, d’un côté l’église du Val de Grâce, conçue au XVIIe siècle par François Mansart, et de l’autre l’ancien hôpital militaire construit au moment de la Révolution, qui abrite aujourd’hui le service de santé des Armées. En fait, au XVIIe, les Bourbons possédaient une petite propriété dans ce Val, et Anne d’Autriche trouvait ce lieu plus paisible que le Louvre trop agité. Elle souhaitait avoir un fils et avait fait vœu de bâtir une église à cet endroit si son vœu était exaucé. Et voici comment en donnant naissance en 1638 à celui qui serait Louis XIV, l’église du Val de Grâce eut sa première pierre posée par l’enfant lui-même sept ans plus tard. Avec un dôme haut de 40 mètres, le tout de style baroque, elle est très décorée. Sous sa coupole peinte par Mignard en 14 mois, est représenté le Séjour des bienheureux  avec plus de 200 personnages. Cette église a marqué son temps, parce que même Molière lui a consacré un poème, son unique poème d’ailleurs !

Et puis il y un musée qui y est accolé aussi…

Eh bien, le Service de santé de l’armée s’y étant installé, avec un hôpital militaire moderne de plus de 350 lits, il s’est assorti aussi de fait d’un musée installé à l’intérieur des bâtiments conventuels avec des documents et des souvenirs émouvants sur les grands médecins militaires et sur l’histoire du service de santé. Ce musée a été fondé en 1916 et ouvert au public depuis 1986, on y trouve entre autres des uniformes et ce qui concerne historiquement l’hygiène et la prévention. Et de formidables vidéos où l’on évoque même la médecine aérospatiale. Et voilà un musée où on s’envole ! En partant, d’un val, grâce au Val-de-Grâce !