Replay du jeudi 25 janvier 2018

Les arènes de Lutèce pouvaient accueillir 17 000 personnes

- Mis à jour le
Les arènes de Lutèce
Les arènes de Lutèce - Mbzt - CC

j’espère que vous avez apporté votre glaive et votre casque, ou bien votre trident et votre filet (le rétiaire), parce que ce matin, on ne rigole pas, on s’habille en gladiateur et on part aux Arènes de Lutèce, métro Jussieu, 5e arrondissement, des Arènes qui date de quand alors finalement ? 

Eh bien elles ont été construites au premier siècle après Jésus Christ, dans le cœur de Paris, qu’on appelait  alors, sous l’Empire Romain, Lutèce. Lutèce, en fait, n’est pas un mot romain contrairement à ce qu’on peut penser, c’est bel et bien aussi un mot gaulois que les Romains ont repris et qui signifiait « chantier naval », mais on reparlera de Lutèce. Quoique les combats de gladiateurs ne soient pas à regretter, ces arènes on hélas été détruites à la fin du IIIe siècle, en 280, au moment des invasions barbares et de la mise à sac de Lutèce. Et 15 siècles durant, les arènes s’endormirent ou plus précisément on utilisa ses pierres pour construire les murs d’enceinte protégeant Paris de nouvelles attaques. Il faut savoir que ces arènes pouvaient, au IIe siècle après Jésus-Christ et au sommet de leur gloire, accueillir plus de 17 000 spectateurs. C’est impressionnant. C’était le Stade de France de l’époque !

Oui, ou le Bercy… Mais alors quand les-a-t-on redécouvertes ? 

En fait, c’est au moment où le baron Haussmann a lancé ses grands travaux vers 1860, qu’on a redécouvert le site, on a alors restauré ce qu’il en restait, en partie absorbé par des maisons, et dès 1917 on inaugurait ce nouveau lieu de promenade. Il reste en fait une toute petite partie des gradins et notamment, méfiance Robin, la porte par laquelle les lions pénétraient dans l’arène. Jusqu’ici on n’en a pas vu… On y accueille cependant encore des spectacles avec des compagnies théâtrales, mais aussi des hommes puissamment armés de boules d’acier, pesant presque un kilo qu’il jette sans pitié en direction… d’un cochonnet ! On y joue en effet de belles parties de pétanque. Ce sont les nouveaux gladiateurs ! Qu’on aime beaucoup.

Mots clés: