Événements

Au nom des lieux

Autobus Parisien en 1874 dans le journal L'Illustration
Autobus Parisien en 1874 dans le journal L'Illustration © Getty - De Agostini Pictures Collection

La première ligne d'autobus reliait Montmartre à St Germain

Diffusion du vendredi 13 avril 2018 Durée : 2min

Ce matin, pas question de prendre le métro, ou la bicyclette. C’est décidé, on monte dans l’autobus, et si on le veut on sillonnera dans tout Paris mais aussi une grande partie de la banlieue. Et si aujourd’hui, on peut transporter sur plus de 350 lignes presque 400 millions de voyageurs, en fait cette aventure a commencé il a longtemps.

En effet, il faudrait presque remonter à Blaise Pascal qui en 1662, avait obtenu de Louis XIV la possibilité de faire circuler des carrosses sur cinq lignes. Mais il n’y eut pas de suite. C’est en 1828, que furent mises en places dix lignes qui eurent du succès : deux millions de voyageurs en six mois ! En 1830, voilà déjà dix compagnies qui exploitent une quarantaine de lignes et une centaine de voitures : des omnibus à chevaux. Ils  exploitent alors de 280 km, contre aujourd’hui presque 4000. Les premiers autobus dignes de ce nom c’est-à-dire avec un moteur, prendront leur service en 1906. La grande aventure se poursuit et naît un mot : l’_autobu_s ! 

Que vous allez nous expliquer ?

Oui, autobus, c’est l’amalgame entre le mot automobile et le mot omnibus. Automobile, né en 1861 veut dire qui se déplace – mobile – tout seul – auto- qui est une racine grecque voulant dire soi-même. Quant à omnibus, en latin cela voulait dire « pour tous ». D’où la voiture omnibus, pour tous. Mais quand on a abrégé l’ensemble en bus, le mot « bus » est en fait devenu synonyme de véhicule collectif, d’où minibus, aérobus par exemple.  

Jean, quelle a été la première ligne d’autobus ? Et comment ça marche leur  numéro ?

La première ligne d’autobus fut inaugurée le 11 juin 1906 reliant Montmartre à Saint-Germain-des-Prés, en gros 6 km. Ces nouveaux autobus accueillaient 32 passagers dont seulement 16 places assises. Quant aux numéros tous ceux de 20 à 96 ne sortent pas de Paris. Et savez-vous Robin, j’ai encore dans l’oreille quand j’étais petit la sonnette qu’actionnait le contrôleur poinçonnant autrefois le billet dans le bus : il a disparu avec le ticket magnétique. Et j’en ai un bon souvenir