Événements

Au nom des lieux

Des lycéens
Des lycéens © Getty - PhotoAlto - Odilon Dimier - Brand X Pictures

Les lycées parisiens

Diffusion du mardi 4 septembre 2018 Durée : 1min

Nous sommes en période de rentrée et dans presque toutes les familles il y a une jeune fille ou un jeune homme faisant ses premiers pas au lycée ou au collège sans parler des écoles primaires. On a en tête quelques noms de lycées, mais on se fait difficilement une idée de l’ensemble et puis on ne sait pas toujours d’où viennent ces mots : collège, lycée ? 

C’est vrai qu’on a du mal à imaginer le nombre d’établissements qui se trouvent dans l’Académie de Paris, avec ses 20 arrondissements. Au total, il y a 1156 établissements scolaires, impossible donc d’en donner la liste ce matin ! Ils se répartissent entre 473 écoles maternelles, 176 collèges et 200 lycées, c’est un nombre énorme puisqu’en moyenne en France, il y a 47 lycées par département. En citant seulement par exemple quelques lycées connus pour leurs excellents résultats, on s’aperçoit vite que nous ne connaissons pas le nom de tous : Lycée des Francs Bourgeois, Lycées Condorcet, Rocroy-Saint-Vincent de Paul, Le Rebours Louis Le Grand, Henri IV, Saint-Jean-de Passy, Fénelon, Victor Duruy, Montaigne, etc. 

C’est vrai que d’emblée avec 176 collèges et 200 lycées, on est impressionné. Mais d’où viennent finalement ces mots, Collège et Lycée

Collège vient du latin collegium de co- ensemble, et lex, legis, loi, et signifiant donc un groupement, régi par la même règle et dès 1308, c’est un ensemble de personnes de même dignité, religieuse ; il faut attendre 1402 pour que ce soit un lieu d’enseignement supérieur, pensons au Collège de France créé en1549, et ce ne sera qu’en 1848 qu’il désignera un établissement du second degré Quant au lycée, il vient du grec Lukeion, du grec lukos, loup, c’était le nom du lieu dit où s’installa le gymnase où enseigna Aristote près d’Athènes. C’est seulement depuis 1790 que le lycée désignera un établissement accueillant les élèves dès la 6e, et aujourd’hui seulement dès la seconde. Ah… l’heureuse époque où j’allais au lycée et où en sortant j’allais jouer au babyfoot !