Événements

Au nom des lieux

Péniches sur la Seine
Péniches sur la Seine © Maxppp - I. Rozembaum F. Cirou - Altopress

Les Péniches viennent du pin

Diffusion du lundi 25 juin 2018 Durée : 2min

Eh bien, on a déjà visité avec vous le musée de la batellerie à Conflans-Sainte-Honorine, et là forcément on rencontre des mots de bateaux, ceux qui nous concernent quand on est au bord de la Seine, de l’Oise, ou le long des canaux. Alors vous avez choisi de nous expliquer un de ces mots que l’on prononce finalement dès qu’on se penche sur un pont enjambant la Seine ou l’Oise, la  péniche…

Eh bien oui, la péniche, en voilà un mot associé à Paris ou à Conflans-Sainte-Honorine. D’où vient-il ? D’un mot anglais, qui lui-même vient d’un mot français, lequel vient d’un mot latin. C’est donc un peu compliqué. Procédons par ordre. Au tout départ, il y a le latin « pinus », qui désigne un arbre, on l’a deviné, il s’agit du pin. Ce mot va être repris en espagnol pour donner la « pinaza », un bateau en bois de pin, assez léger. Puis vers 1320, il passe en français devenant l’« espynasse », d’orthographe variable pour se fixer au milieu du XVe siècle en « pinace », a-c-e. Mais dès 1596, il devient pinasse, sse. Et ce mot qui désignait alors un petit vaisseau long et léger propre à la course, a fini au XVIIIe siècle par désigner une embarcation à fond plat, utilisée pour la pêche sur le littoral de la Gironde. Et c’est là qu’interviennent les Anglais 

C’est vrai que les Anglais ont toujours apprécié la région bordelaise, son vin notamment.

Ils vont en effet emprunter le mot qui devient une pinnace, pour transporter d’ailleurs du vin, puis on inverse les voyelles et voici la « pannice » et en 1804, en français ré-orthographié par rapport à la prononciation anglaise, naît donc la « péniche », d’abord un canot léger puis très vite ce bateau fluvial à fond plat, que l’on connaît bien. Évidemment, j’aime assez l’usage argotique du mot, bien imagé, correspondant au gros godillot, aux « pompes » en somme… Et voilà ce que je lis comme exemple dans le Grand Robert, « il avait de ces péniches ! Au moins du quarante-cinq ! » Bon, eh bien au moins il a le pied marin ! Il est sur une péniche tout de même !