Événements

Au nom des lieux

Les vendanges à Montmartre en 2017
Les vendanges à Montmartre en 2017 © Getty - Marc Piasecki

Les vendanges à Montmartre

Diffusion du mercredi 10 octobre 2018 Durée : 1min

Aujourd’hui, grand jour, on part le sécateur à la main dans le 18e arrondissement sur une butte de Paris, à environ 120 mètres de haut, on va remplir la hotte, ce sera la 85e édition de la Fête des vendanges de Montmartre. En fait, pendant 5 jours les quartiers de l’arrondissement vont s’unir autour de cette fête qui a pour thème en 2018 la Paix, on y commémore en effet le centenaire de la fin de la Grande Guerre 1914-1918.

Comme vous le dites, ce n’est pas seulement faire les vendanges ensemble, c’est aussi ne pas oublier qu’il y a cent ans s’achevait une guerre effrayante. Il se trouve que justement, l’une des étymologies proposées pour expliquer le nom de Montmartre, rattache la butte à un mons Martis, mont de Mars, Dieu romain de la Guerre, un temple grec ayant pu lui être dédié à l’époque gallo-romaine, là où se trouve actuellement l’église Saint-Pierre. Ensuite ce mont de Mars aurait pu être réinterprété en mont des martyrs pour arriver déformé en Montmartre, le martre désignant le martyr en ancien français. Une  étymologie plus simple donne d’emblée le mons martyrum, mont des martyrs, la légende en faisant un lieu de passage de saint-Denis, premier évêque de Paris et victime des persécutions contre les chrétiens. Qu’importe l’étymologie finalement pourvu qu’on fasse les vendanges ! 

D’ailleurs, d’où vient ce joli mot de « vendange » ? 

Il est entré en 1190 dans notre langue, tout droit issu du latin vindemia, de même sens, lui-même construit sur vinum, le vin ou le raisin et sur le verbe demere, ôter, enlever. « Enlever le raisin », c’est bien le sens du mot vendange. En fait, cette même racine fut reprise avec la désignation du mois républicain appelé Vendémiaire. De fait, la vendange a toujours été une fête et il nous en reste ne belle expression : « Prêcher sur la vendange », qui consiste à parler, le verre à la main, au lieu de boire. Ah le vin de Montmartre… certes, on commence par prêcher mais on le boit ensuite avec un si grand plaisir !