Événements

Au nom des lieux

Arènes de Lutèce
Arènes de Lutèce - MBZT - CC

Lutèce était la capitale des Parisii

Diffusion du lundi 5 mars 2018 Durée : 1min

Départ ce matin… mais où finalement, ou plutôt quand ? Pas vraiment à Paris, mais à Paris tout de même. À l’époque gallo-romaine, avec un nom propre qui existe depuis la conquête romaine, en -52 avant Jésus-Christ jusque vers 310, le moment où la capitale de France a choisi de s’appeler Paris, en renouant avec les Parisii, nom du peuple gaulois occupant le site depuis le IIIe siècle avant Jésus-Christ, vous l’avez compris, ce matin nous sommes à Lutèce. Alors pourquoi Lutèce ? 

Alors, pour être honnête, il faut tout de suite dire que des découvertes récentes dans les Hauts-de-Seine, sur Nanterre, créent un doute quant à l’emplacement traditionnel de la cité gauloise avant la domination romaine. Il y eut certes une bataille de Lutèce, gagnée par Jules César, suivie en -53, d’une assemblée des chefs gaulois, sur une île de la Seine. On a longtemps pensé qu’il s’agissait d’un des îlots qui se trouvaient à l’emplacement de l’Île de la Cité, mais c’était peut-être sur une boucle de la Seine près de Nanterre. Hélas, personne n’eut l’idée de filmer la scène !… Une chose est certaine, Lutèce était la capitale des Parisii et les Romains adoptèrent ce mot gaulois, Lutèce, pour désigner l’endroit où ils s’installèrent, à partir de l’Île de la Cité,. Lutèce se disait aussi civitas Parisiorum, du nom du peuple gaulois, et c’est en définitive vers 310 qu’on l’abrégea en Paris.

Pourquoi en définitive ne pas avoir gardé Lutèce, qui sonne si joliment ?

Parce qu’en fait en gaulois ce n’était pas valorisant. La plupart des étymologistes avancent en effet que Lutèce, venait d’un radical gaulois, lut, désignant le marais, équivalent du latin presque identique, lutum, la boue. Lutèce pourrait donc se traduire par « la boueuse », le tout étant pestilentiel disent quelques historiens, on lui préféra donc Paris. Un autre étymologiste penche pour le gaulois lucot, la souris… Tout à fait entre nous, des souris ou de la boue, c’est tout aussi déplaisant. Vive Paris. Sans souris, sans rats et ville lumière.