Événements

Au nom des lieux

Maisons-Laffitte
Maisons-Laffitte - Lionel Allonge - CC

Maisons-Laffitte est surnommée la Cité du cheval

Diffusion du jeudi 23 novembre 2017 Durée : 1min

Départ pour les Yvelines, ce matin, à 10 km environ de Paris au nord-est, pour une coupe de champagne et puis un peu d’équitation, parce qu’on est aussi dans la « cité du cheval », nous partons pour Maisons-Laffitte.

Avec une orthographe difficile, un s à Maisons, deux f et deux t à Laffitte et… pas de champagne, parce que le champagne Lafitte, c’est un homonyme avec un seul f ! Alors pourquoi Maisons, avec un s final. Eh bien tout simplement, rappelons que le mot maison sans s, notre maison, vient du latin mansio, et plus précisément du verbe latin manere qui voulait dire « rester ». La maison c’est bien en effet le lieu où l’on reste. Ici on repère, en 1187, Mesuns, variante de Mansionem, qu’on trouve dans les noms de lieux pour désigner une bâtisse d’importance. Et c’est ainsi que le lieu se situant sur la rive gauche de la Seine, après avoir été appelé Mesons, devint Maisons-sur-Seine, ce qui dura jusqu’en 1882.

Et c’est donc à cette date que la commune a changé de nom ? Pourquoi ?

Eh bien au départ, Jacques Laffitte, né en 1767, fils d’un charpentier de Bayonne, tente sa chance à Paris dans le monde de la banque et y réussit pleinement. Opposé au roi Charles X, il accueille à Maisons des membres de l’opposition et connaît en 1830 une brève carrière politique qui d’ailleurs le ruine. Ce qui le pousse à morceler son domaine en lots avec l’idée de créer une « ville à la campagne ». Il ouvre des voies dans le Parc, l’arrivée du chemin de fer donnera ensuite corps à ses espoirs. Il meurt en 1844, mais la famille poursuivra son action en continuant de promouvoir la ville. D’où en 1882, l’ajout de Laffitte au nom de la commune. L’un des descendants, Charles Laffitte, amateur de sport hippique, fondera le Jockey-Club et aujourd’hui, avec un très bel hippodrome doté de la plus grande ligne droite d’Europe, 2,200 km, Maisons-Laffitte est surnommé à juste titre la Cité du cheval sans oublier un Mansonnien qui a su nous faire rêver : Jean Cocteau…