Loisirs Événements

Au nom des lieux

1min

Montgeron

Par le jeudi 19 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
Montgeron Vitrail Hitler
Montgeron Vitrail Hitler © Maxppp - Philippe Huynh-Minh

À dix-neuf kilomètres au sud-est de Paris, dans l’Essonne, entre la vallée de l’Yerres et la vallée de la Seine, nous voici ce matin à Montgeron, à l’orée de la Forêt de Sénart, on roule sur la nationale 6.

À dix-neuf kilomètres au sud-est de Paris, dans l’Essonne, entre la vallée de l’Yerres et la vallée de la Seine, nous voici ce matin à Montgeron, à l’orée de la Forêt de Sénart, on roule sur la nationale 6.

Un chemin stratégique qui de longue date part de Paris pour rejoindre la Bourgogne et, jadis, Montgeron constituait de fait un rendez-vous de chasse royale, avant de devenir au XIXe siècle un lieu très agréable de villégiature, accueillant des Parisiens huppés et des artistes, comme Claude Monet ou Edgard Degas. J’ajouterai, ce qu’on sait moins, que Pierre Larousse dont on fête le bicentenaire en 2017, y vécut quelques temps. D’autres Montgeronnais sont aussi à mettre à l’honneur : Hector Malot par exemple s’y est marié, et le poète François Coppée y vécut au moulin de Senlis.

Mais dites-moi Jean, est-ce que vous n’oubliez pas quelqu’un qu’on connaît bien à France Bleu et dont vous m’avez parlé tout à l’heure… ?

Là vous trahissez un secret, oui je fus Montgeronnais pendant cinq ans avec mes amis instituteurs, j’y étais alors jeune inspecteur et je n’y ai rencontré que de formidables enseignants. Mais je ne suis pas une personnalité ! D’ailleurs la toute première personnalité, c’est un gallo-romain qui s’appelai Giso, d’où le Mons Gisonis, mont de Gisons, puis ce fut Montgeson, et au XVIIe Montgiron-en-Brie, il faudra attendre 1793 pour que la commune porte le nom actuel. Une commune avec de bien jolies constructions, le Moulin a eau de Senlis, le château de Rottembourg, et l’église Saint-Jacques, beau symbole de résistance !

De résistance ? Pourquoi.

Eh bien, en 1941, un maître verrier y a illustré un vitrail avec un homme sur le point de décapiter saint Jacques, en lui donnant la tête d’Hitler, certes masquée, mais dont on reconnait la mèche… Si Larousse avait encore été Montgeronnais, aucun doute, il l’aurait signalé