Événements

Au nom des lieux

Néanderthal au musée de l'Homme
Néanderthal au musée de l'Homme

Néanderthal au Palais de Chaillot

Diffusion du vendredi 4 janvier 2019 Durée : 2min

Ce matin, nous partons pour le Palais de Chaillot, pas très loin de la Maison de la radio, on y va à pied et en peau de bête… c’est bien cela ? Parce que le sujet de l’exposition qui dure jusqu’au 7 janvier, au Muséum national d’histoire naturelle, le Musée de l’homme, c’est Neandertal, avec un parcours en pleine immersion, et force jeux tout de même, pour découvrir l’un de nos plus illustres cousins.  Neandertal, voilà un mot à nous expliquer d’emblée Jean ?

En effet, c’est un nom de lieu en réalité, mais évidemment en rien situé en Île-de-France. C’est un mot allemand qui signifie Vallée de Neander, en fait un site préhistorique d’Allemagne, près de Düsseldorf. C’est en 1856, il n’y a pas si longtemps finalement, que l’on y a trouvé le premier squelette fossile humain reconnu comme étant différent de l’homme actuel. On l’a donc appelé l’homme de Neandertal, tal voulant dire vallée en allemand, évidemment en latin, ça impressionne davantage, il s’agit de l’Homo neanderthalensis, un type d’homme qui a peuplé l’Europe et le Proche-Orient entre 200 000 et 30 000 ans avant Jésus-Christ. Il méritait bien une exposition ! 

Je crois, Jean, que l’un des objectifs de l’exposition c’est de réhabiliter l’homme de Neandertal qu’on a longtemps assimilé à une créature primitive, mais qu’on reconnaît aujourd’hui comme un humain à part entière. 

En effet, même si sa description est assez loin des top-modèles du XXIe siècle : Je vous lis un passage de Histoire naturelle paru en 1957 : « Le type humain de Neandertal est caractérisé par un corps petit et massif, un crâne aplati à face très développée ». Avec « des arcades orbitaires proéminentes, au front fuyant, les orbites très grandes, le nez très large, la mâchoire inférieure sans menton et un dentition volumineuse. » Le voilà habillé pour l’hiver ! En définitive, en me regardant dans la glace, par rapport au Néanderthalien, je me trouve bien amélioré. Au moins j’ai un menton !