Événements

Au nom des lieux

Palais de Justice de l'Île de la Cité à Paris
Palais de Justice de l'Île de la Cité à Paris - Nitot - CC Wikicommons

Le Palais de justice quitte l'Île de la Cité

Diffusion du mardi 5 juin 2018 Durée : 1min

On s’y rend en principe quand ça va mal, avec un avocat, mais comme on n’a rien fait, on part sereinement vers ce Palais du Ier arrondissement, le Palais de justice, sur l’île-de-la-Cité, un palais qui a une longue histoire depuis le XIIIe siècle, avec même un déménagement récent.

Oui, vous avez raison Robin, en fait il ne faut pas oublier que l’Île-de-la-Cité demeure le cœur historique de Paris. À l’endroit où se situe ce Palais, qui occupe tout de même un sixième de la surface de l’île, environ quatre hectares au sol, se tenait en effet le Palais de la Cité, résidence des rois de France du Xe au XIVe siècle, avec de beaux restes. Qu’on pense en effet à la Conciergerie et à la Sainte Chapelle de part et d’autre du Palais de Justice ! En fait, c’est lorsque Charles V décida de s’installer à l’hôtel Saint-Pol que demeura le Parlement de Paris et la Chambre des Comtes. Il y eut ensuite aux XVII et XVIIIe siècles plusieurs incendies, avec diverses restaurations bien difficiles à dater.

Mais alors, Jean, de quand date la construction actuelle du Palais de Justice ?

En fait c’est après Napoléon Ier, que s’est développé le pouvoir judiciaire, avec de nouveaux postes et un manque criant de place, d’autant plus que les affaires se multipliaient, d’où l’idée d’élever un édifice majestueux, qui sera en définitive achevé sous Napoléon III, en 1870. Mais la Commune incendia le bâtiment, et tout fut à reconstruire. Ce fut fait entre 1883 et 1914. 

Et, déjà trop petit, un siècle plus tard, un déménagement est en cours… 

En effet, il s’agit du déménagement du Tribunal de Grande Instance qui a quitté l’île-de-la-Cité pour rejoindre le nord de la Capitale. Et en 2018, le 16 avril dernier précisément, le grand bâtiment moderne du quartier des Batignolles, accueillait sa première audience. Rappelons que ce tribunal correspond aujourd’hui à la 2e tour la plus haute de Paris, 160 mètres et 38 étages Et vous savez ce qu’on peut dire dans ce cas là, Robin, eh bien « affaire à suivre » !