Événements Loisirs

Provins

Provins

Au nom des lieux du mercredi 26 octobre 2016

Par

Nous voici ce matin dans la Brie, à l’ombre d’un donjon médiéval fort connu, dans une petite ville de Seine-et-Marne, située à soixante-dix sept kilomètres au sud-est de Paris, célèbre aussi pour une rose qui porte son nom : on a reconnu Provins.

Provins

Nous voici ce matin dans la Brie, à l’ombre d’un donjon médiéval fort connu, dans une petite ville de Seine-et-Marne, située à soixante-dix sept kilomètres au sud-est de Paris, célèbre aussi pour une rose qui porte son nom : on a reconnu Provins.

Provins, ex-capitale des comtes de Champagne, et qui fait partie depuis 2001 du patrimoine mondial de l’Uesco. Ajoutons que Provins se situe au confluent de deux petits cours d’eau, la Voulzie, un affluent de la Seine, et le Durteint, qui doit son nom au fait que cette rivière participait à la préparation de draps bleu foncé obtenue grâce à son eau très pure, propice au dur teint. Alors d’où vient le mot Provins, qui donne l’impression qu’il se rattache à la « province », ce qui n’est pas le cas ? En fait, dit la légende, c’est à un général romain, Probus, qui occupa en 271 le castrum -entendons le château initial romain-, qu’on devrait le nom de Provins. Ce qui est certain, c’est qu’on doit à ce Probus devenu empereur romain l’autorisation de cultiver la vigne en Gaule, mille mercis Probus ! Mais s’agissant de l’origine de Provins, rien n’est moins sûr en réalité. On pencherait plutôt maintenant pour une origine celtique, probo : une hauteur et win : entouré d’eau. Provins serait donc un relief entouré d’eau. Le vin ou l’eau, à nous de choisir finalement !

On peut aussi choisir la rose de Provins et ses foires célèbres.

Absolument, au Moyen Âge, Provins représente la troisième ville de France après Paris et Rouen, en abritant les plus grandes foires de Champagne. Et le 11 novembre a lieu sa grande braderie, à noter dans nos agendas. Et ne pas oublier la célèbre rose de Provins dont on est plus du tout certain qu’elle ait été rapportée des croisades par Thibaut IV. Ce serait au contraire tout simplement la rosa gallica. Qu’importe après tout l’étymologie, pourvu qu’on ait l’ivresse de son parfum. Et de ses bonbons

Partager sur :