Événements

Au nom des lieux

Rock Legends
Rock Legends

Rock legends à l'Olympia

Diffusion du jeudi 10 janvier 2019 Durée : 2min

Aujourd’hui, vous avez votre tenue de rocker, votre Gibson accrochée au cou, ah vous ne manquez pas d’allure. Je crois qu’il y a du rock dans l’air, mais oui, c’est à l’Olympia ce soir : Rock legends en concert à l’Olympia Bruno Coquatrix, boulevard des Capucines, vous nous en dites plus Jean, mais d’abord posez votre guitare…

Bon, je vous jouerai du blues plus tard… Un mot sur l’Olympia, dans le 9e arrondissement, c’est le plus ancien music-hall de Paris, inauguré en 1893, marqué notamment par un nom, Bruno Coquatrix, qui en fut le directeur de 1954 à 1979. Il a su de fait rendre la salle aux chansons avec, entre cent autres, Brassens, Brel, Ferre, Piaf, Barbara, Dalida, Sylvie Vartan, mais aussi Johnny Hallyday, les Beatles, les Rolling Stones. On comprend qu’aujourd’hui qu’on appelle cette belle salle l’Olympia Bruno Coquatrix, tout comme une rue du 9e arrondissement porte son nom, tout près du music hall. Rappelons que l’Olympe était un massif de Grèce, un point culminant dont les Grecs avaient fait la résidence des Dieux… 

Pas encore des Dieux du rock, dont vous allez nous parler avec Rock Legends…

Oui, Legends avec un s, Il s’agit en effet de faire revivre des groupes mythiques qui ont marqué l’histoire du rock, entendons Led Zeppelin, les Doors, Queen. De formidables guitaristes, batteurs, musiciens, chanteurs nous les incarnent avec un talent énorme, si énorme que Robert Plant de Led Zeppelin, ou Brian May de Queen, leur rendent régulièrement hommage comme leurs doubles, en l’occurrence Billy Kulke interprétant Robert Plant, Garry Mullen  Freddy Mercury et Mike Griffioen interprétant Jim Morrison, c’est étourdissant, on y est. Au fait, rappelons que le mot rock and roll veut tout simplement dire balancer et rouler, mais croyez-moi, c’est plus rythmé qu’un rocking-chair. D’ailleurs je vais vous jouer tout de suite Whole Lotta love, c’était en 1969. … 

Peut-être un peu plus tard, Jean…