Événements

Au nom des lieux

Salon saveurs des plaisirs gourmands
Salon saveurs des plaisirs gourmands

Salon Saveurs des plaisirs gourmands à l'Espace Champerret

Diffusion du vendredi 30 novembre 2018 Durée : 1min

Programme formidable pour cette journée : place en effet au Salon saveurs des plaisirs gourmands, que se déroule du 30 novembre au 3 décembre à l’Espace Champerret, dans le 17e arrondissement. On est donc tout près de la Porte de Champerret. Vous nous direz aussi un mot sur cet Espace « Champerret » ?

Avec grand plaisir, parce que l’espace Champerret, lieu destiné aux salons, c’est presque prophétique comme intitulé : un espace, en effet c’est une vaste étendue, comme un champ et, on l’a déjà compris, Champerret, c’est le champ de Perret, et le mot repris pour une porte, une place, une avenue, Il s’agit en fait de Jean-Jacques Perret qui, en 1822, avait lancé une opération de lotissement, dans l’ouest parisien, d’où le nom donné à la commune de Levallois-Perret. Levallois était d’ailleurs aussi un promoteur, d’où le nom de la commune rendant hommage aux deux hommes : Levallois et Perret.

Tout cela est savoureux… Ce qui nous fait penser donc à ce rendez-vous parisien des gourmets. Alors, Jean, d’où viennent ces mots, savoureux, gourmand, qui nous font activer déjà les papilles ? 

L’histoire même du mot « savoureux » est « savoureuse », Robin. C’est tout simplement le latin populaire  sapere , avoir du goût, qui a fait naître les mots saveur au XIIe siècle et savoureux au XIIIe siècle. Mais ce qu’on sait moins, c’est que c’est de ce latin signifiant, « boire, manger avec attention en appréciant », qu’est né le mot « savoir », connaître. 

Le savoir commence donc par la gourmandise. 

Exactement, et « gourmandise », vient du mot « gourmand », apparu au XIVe siècle, d’origine… inconnue ! C’est formidable d’avoir comme cela un peu de mystère sur un si joli mot ! Encore qu’on croit que gourmet viendrait de l’ancien français gromet, le valet du marchand de vin, mais gromet reste aussi d’origine inconnue Eh voilà, j’ai déjà faim et soif