Loisirs Événements

Au nom des lieux

2min

Verrières-le-Buisson

Par le vendredi 23 décembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
Verrières-le-Buisson
Verrières-le-Buisson - Cyrilb1881 - CC

À 14 kilomètres au sud-ouest de Paris, cap ce matin sur une commune de l’Essonne marquée par sa forêt, son arboretum et la vallée de la Bièvre, à la frontière des Hauts-de-Seine, c’est donc Verrières-le-Buisson, plus qu’un buisson pourtant ? Pourquoi ce nom ?

À 14 kilomètres au sud-ouest de Paris, cap ce matin sur une commune de l’Essonne marquée par sa forêt, son arboretum et la vallée de la Bièvre, à la frontière des Hauts-de-Seine, c’est donc Verrières-le-Buisson, plus qu’un buisson pourtant ? Pourquoi ce nom ?

Le buisson est en fait une mention récente puisque c’est seulement en 1801 qu’on a ajouté à Verrières, « le buisson », pour bien signaler l’existence de la forêt communale de Verrières. Cela aurait pu être «Verrières-le-bois », mais dès le XVIIe siècle, il était déjà de fait question de « buisson », étymologiquement un petit bois, un boisson comme on disait encore au XIe siècle. De fait ce bois est déjà mentionné comme en partie propriété de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, Verrières s’appelant alors Verdrarieae, doté de trois moulins sur la Bièvre. Enfin, au XVIIe, c’est d’abord à Louis XIII d’y faire percer deux routes, d’est en ouest et du sud au nord, puis à Louis XIV de venir y chasser.

Mais pourquoi Verrières, y aurait-il eu autrefois des verreries dans le bois, le « buisson »… ?

Eh bien non… d’abord attesté sous la forme Vedrariae au XIe siècle, puis Verrarias en 1236, on aboutit seulement au XVIe siècle à la forme actuelle Verrières. Et aucune trace d’un quelconque artisanat verrier, mais en revanche on pense qu’au bas Moyen Âge, il y eut un fondateur d’une villa, d’une ferme, nommé Vedrarias, et qui mal prononcé peu à peu se rattacha à un mot connu, verrière. En tout cas, Verrières-le-Buisson est vraiment sous le signe des arbres, le fondateur de Vilmorin, Philippe de Vilmorin y vécut en effet de 1776 à 1862, laissant à la ville un superbe arboretum. Pas de doute, le buisson pour un si joli bois et un si bel arboretum, c’est vraiment trop de modestie de la part des Verriérois !