Événements

Au nom des lieux

Villejuif
Villejuif - Bessopha - CC

Villejuif

Diffusion du vendredi 3 mars 2017 Durée : 2min

Départ, ce matin pour le Val-de-Marne, à 8 kilomètres du centre de Paris, à un kilomètre et demi de la porte d’Italie, limitrophe d’Arcueil et de Cachan, nous voici à Villejuif avec, d’emblée, un nom de ville qui évoque un peuple qui a été persécuté, est-ce que c’en est l’origine ?

Départ, ce matin pour le Val-de-Marne, à 8 kilomètres du centre de Paris, à un kilomètre et demi de la porte d’Italie, limitrophe d’Arcueil et de Cachan, nous voici à Villejuif avec, d’emblée, un nom de ville qui évoque un peuple qui a été persécuté, est-ce que c’en est l’origine ?

Eh bien c’est en fait très peu probable, et comme souvent c’est par attraction vers un mot connu que l’on doit la seconde partie du mot, ici « juif », « ville » ayant sans surprise pour origine, le mot « villa », domaine rural, villa gallo-romaine au départ. C’est en novembre 1119 que pour la première fois est attesté Villa Judea dans une bulle du Pape Calixte II, avec des orthographes qui vont varier Villis Jude, Ville Judei et au XIIIe siècle Villa Julite. Ce qui conduit à plusieurs hypothèses. La plus vraisemblable serait que Juif soit la déformation du nom initial d’un propriétaire, Juvius, ou Juveus. Une autre formule, longtemps en cours fut que Villejuif serait la déformation de Ville Julyve en l’honneur de sainte Julitte, mais on est aujourd’hui à peu près sûr qu’on a affaire à une erreur de transcription des religieux chargés des registres de Notre-Dame. Enfin, dernière hypothèse, la plus crédible, Villejuif serait la déformation de Villegie, dérivé de villa Gesedis, Gesedis étant un village déjà mentionné au Xe siècle. De fait, le propos de Moreri, auteur d’un dictionnaire, indiquant que la ville aurait été fondée à partir des Juifs chassés de Paris, ne tient pas chronologiquement.

En fait ce qu’on retient entre autres aujourd’hui de Villejuif, c’est son formidable ensemble de soins

Avec en effet les hôpitaux Paul Guiraud et Paul Brousset, respectivement construits en 1889 et en 1913, mais aussi l’Institut Gustave Roussy spécialisé dans le traitement du cancer, sans oublier des unités du CNRS et de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale. Et on aime la devise des Villejuifois, « Tout cède à notre union ».