Événements

Au nom des lieux

Villeneuve-la-Garenne
Villeneuve-la-Garenne - Akiry - CC

Villeneuve-la-Garenne a été peinte par Sisley

Diffusion du jeudi 2 novembre 2017 Durée : 1min

En route pour les Hauts-de-Seine ce matin, au nord est du département, à la limite de la Seine Saint-Denis, dans un lieu où il y eut sans doute autrefois des lapins : il s’agit de Villeneuve-la-Garenne, face à l’île-Saint-Denis sur la rive gauche de la Seine. Alors, des lapins autrefois ou pas ?

Là, vous pensez au lapin de garenne bien sûr, ce qui me pousse à tout de suite expliquer ce mot et pourquoi on le retrouve souvent dans les noms de lieux. En fait, existait un mot gaulois wardôn, passé en latin médiéval sous la forme warenna, désignant une lande, un terrain inculte, ou encore une terre peu profonde et légère. Ce mot, warenna, a abouti tantôt à Varennes - Varenne est de fait un nom de localité assez répandu- tantôt à Garenne. Les varennes ou garennes constituaient en réalité des terrains de chasse d’excellence. Les seigneurs francs interdisaient aux paysans d’y chasser, ils se les réservaient. Il leur semblait d’ailleurs pouvoir rattacher le mot varenne au germanique wardôn, garder, d’où la vague idée de chasse gardée. À la révolution, l’abolition des garennes fut une belle conquête.

Donc il y avait une garenne à Villeneuve-la-Garenne.

On se situe en effet dans la presqu’île de Gennevilliers avec une plaine autrefois occupée par le lit de la Seine, et la garenne y poussait bien sûr. Ce fut longtemps un lieu de pêche en même temps que commençait l’exploitation des graviers et du sable. L’industrie s’y est développée tout au long du XIXe avec ensuite force constructions édifiées pour le logement et donc un fort accroissement de la population, environ 23 000 habitants aujourd’hui. Et parmi les Villenogarennois, retenons le grand peintre impressionniste britannique Alfred Sisley, qui y a séjourné, d’où par exemple les Pêcheurs étendant leurs filets sans oublier, en 1872, Le pont de Villeneuve-la-Garenne, superbe toile. Donc Robin, chez Sisley la pêche, mais pas la chasse, pas de lapin…, ce n’était pas la spécialité de Sisley !