Replay du samedi 27 février 2021

Connaître les phases du deuil par Eveline Bouillon

- Mis à jour le

Faire le deuil c'est un processus naturel

La tristesse mais aussi le déni, la colère, la peur... la machine à laver émotionnelle
La tristesse mais aussi le déni, la colère, la peur... la machine à laver émotionnelle © Getty

Quand on doit faire le deuil de quelqu’un ou de quelque chose, on ressent des émotions soudaines, violentes, parfois contradictoires et on se sent perdu.

Souvent on pense à la tristesse et on essaye de s’y préparer mais il existe un moyen beaucoup plus efficace : connaître les émotions principales que l’on va affronter et leur chronologie, ce qu’on appelle les phases du deuil.

En quoi c’est utile de les connaître ? 

Cela permet de mieux accueillir les émotions et surtout leur utilité.

Cela ne sert pas seulement quand on perd un proche, la connaissance de ce déroulement naturel aide à gérer tout type de deuil : la frustration devant un échec ou simplement un refus. Lorsqu’on vous fait patienter outre mesure et que vous perdez votre patience justement… dès que l’on perd quelque chose, on passe sans le savoir par le processus du deuil.

Bien sûr les émotions sont plus ou moins fortes selon l’événement à surmonter.

Ok, alors existe-t-il un ordre dans lequel arrive les émotions ?

Oui, en général la première réaction est le déni qui sert à amortir le choc. On se dit que c’est impossible, que ce n’est pas vrai… On diffère car c’est inacceptable.

Ensuite on passe à la colère. C’est injuste, ce n’est pas comme ça que ça aurait dû se passer, tout devient insupportable. Cette étape sert à réagir, à faire front.

Souvent survient ensuite une forme de résignation accompagnée de passivité, voire de dépression. Cette étape sert à processer l’événement, à le digérer, à donner du temps aussi pour accepter que l’intelligence émotionnelle fasse son travail.

Il faut savoir que ces émotions s’entrechoquent et parfois sont ressenties en même temps ou presque, surtout au début ce que j’appelle la machine à laver émotionnelle. Cela accentue la souffrance, on est dérouté et souvent épuisé par la violence des émotions saccadées et profondes en même temps.

Après un moment variable selon les personnes, arrive l’acceptation, on reprend une vie normale, on se surprend à oublier même.

Puis on peut se reconstruire : on intègre le changement, on fait de nouvelles rencontres par ex s’il s’agit de la perte d’un amour… on envisage l’avenir à nouveau de manière sereine.

Connaitre les phases du deuil permet de se repérer, de comprendre ce qui nous arrive, à quoi servent ces émotions et cultive la patience envers soi-même et les autres.