Replay du dimanche 22 novembre 2020

Nouveau centre pénitentiaire à Bordeaux-Gradignan

Les travaux de construction d’un nouveau centre pénitentiaire à Bordeaux-Gradignan ont débuté. Dans Bien dans ma ville"   ce weekend Philippe Vigier nous fait découvrir la première phase d'un projet qui a terme sera doté d'une capacité de 600 places contre 450 actuellement. 

Projet de cellule  du nouveau centre pénitentiaire à Bordeaux-Gradignan
Projet de cellule du nouveau centre pénitentiaire à Bordeaux-Gradignan - Archi5 Prod

Le nouveau centre pénitentiaire se construit sur la parcelle nord du site avec un triple objectif : modifier en profondeur les conditions de travail pour les personnels et les conditions de détention tout en intégrant dès à présent les préoccupations des riverains. Avec un groupement de conception-réalisation sélectionné en mars, les travaux ont démarrer cet automne. La gestion de cette opération en site occupé, nécessite une organisation en deux phases : dans un premier temps, la construction d’un établissement pénitentiaire autonome avec des bâtiments d’hébergements et des locaux dédiés aux fonctions supports.... ateliers, parloirs, locaux d’activité, unité sanitaire.... d’ici à 2022, puis, après transfert des détenus et démolition d’une des deux maisons d’arrêt existantes, la réalisation de bâtiments d’hébergement complémentaires d’ici 2024, formant un ensemble pénitentiaire cohérent et moderne. Bernard Guillien est l'architecte de l'Agence Archi 5 retenu pour la conception de ce projet.

Le projet de construction d’un nouveau centre pénitentiaire à Bordeaux-Gradignan
Le projet de construction d’un nouveau centre pénitentiaire à Bordeaux-Gradignan - Archi5 Prod

Une architecture qui contribue  tout à la fois à créer des espaces plus sereins, plus sûrs et de qualité, en et hors les murs.   - Prise de possession du nouvel établissement : 2e semestre 2022   - Démolition de l’existant et construction de nouveaux bâtiments d’hébergement ainsi que des bâtiments d’activités sportives  entre 2022 et 2024.

Mots clés: