Roland Pastor, maire de Fontaine de Vaucluse

Émission 

Le site exceptionnel de « Vallis clausa », la Vallée close, au fond de laquelle surgit mystérieusement la Sorgue, a donné son nom au village – attesté dès le Xe s. dans les textes officiels – puis, insigne privilège, au département lors de sa création en 1793.

Roland Pastor, maire de Fontaine de Vaucluse

Un site enchanteur La Fontaine de Vaucluse ne cesse d’intriguer et d’attirer les visiteurs. Dès l’antiquité, la fréquentation du site a été très importante ; Les récentes découvertes archéologiques (2002-DRASSN-SSFV) attestent un culte majeur des eaux. Au bout d’une profonde gorge verdoyante, au pied d’une formidable falaise sculptée par l’érosion, jaillit la plus belle rivière du département : la Sorgue de Vaucluse, à quelques centaines de mètres du pittoresque village auquel la vallée a donné son nom. Avec un écoulement total moyen de 630 millions de m3 par an, cette source est la première d’Europe, et une des plus importantes au niveau mondial, par son volume d’eau écoulé. Elle résulte de l’émergence d’un immense réseau souterrain. Source fraîche et paisible en hiver et en été, bouillonnante et impétueuse au printemps et en automne, la Fontaine, véritable caprice de la nature ne cesse  d’étonner. La fin du XIX° siècle voit se dérouler la première tentative de plongée dans le  conduit noyé de la Sorgue, (en forme d’entonnoir vertical de 308 mètres de profondeur) et plus d’un siècle d’audacieuses explorations permettent de mieux comprendre le mystère de son fonctionnement. En toutes saisons, les sources secondaires alimentent la Sorgue et forment un très beau plan d’eau ombragé de platanes séculaires. L’intense beauté de ce site naturel a su émouvoir le cœur de nombreux écrivains et poètes : Pétrarque, Boccace, Chateaubriand, Frédéric Mistral et René Char . En promenant, vous découvrirez : – Les vestiges du Château des Evêques de Cavaillon, XIV° siècle ; – L’église Notre-Dame et Saint Véran de style roman provençal, XI° siècle, édifiée sur les ruines d’un temple païen et abritant dans sa crypte le tombeau de Saint Véran ; – Une colonne érigée en 1804 pour célébrer le 500è anniversaire de la naissance de Pétrarque ; – Les vestiges d’un canal romain construit le long de la rive gauche de la Sorgue; – De nombreux autres artisans vous feront découvrir leur savoir-faire, dans de multiples domaines (confiserie, verre et cristal filés, art du bois, poterie, bijoux, coutellerie, cuir, art du vitrail, photos sur supports...) sans oublier les ateliers de peintres et sculpteurs et de nombreux commerçants. Vous pourrez visiter : – Le musée Bibliothèque Pétrarque ; – Le musée « L’Appel de la Liberté », musée d’histoire 1939-1945 ; – L’écomusée du Santon et Traditions de Provence; – L’écomusée du gouffre, musée de spéologie et collection Norbert Casteret. La fabrication du papier a été une activité majeure et prospère à Fontaine de Vaucluse, jusqu’au milieu du XX° siècle. Le Moulin à Papier, dans la Galerie Vallis Clausa, rend hommage à cet artisanat spécifique en fabriquant le papier à la main comme au XV° siècle. De nombreux autres artisans vous feront découvrir leur savoir-faire dans de multiples domaines (confiserie, verre et cristal filés, art du bois, poteries, bijoux…). Sans oublier les ateliers des peintres et sculpteurs. On n’oubliera pas que Fontaine de Vaucluse a toujours été un haut lieu de la gastronomie régionale. Des restaurants, des hôtels de diverses catégories, une auberge de jeunesse, des campings au bord de la rivière, le canoë kayak, la pêche, les randonnées, vous permettent de séjourner agréablement dans ce site merveilleux. La Fontaine Avec un écoulement total moyen de 630 millions de m3 par an, cette source est la première de France, et une des plus importantes au niveau mondial, par son volume d’eau écoulé. Elle résulte de l’émergence d’un immense réseau souterrain. Source fraîche et paisible en été, bouillonnante et impétueuse au printemps-automne, la Fontaine, véritable caprice de la nature ne cesse d’intriguer curieux et chercheurs depuis l’antiquité. Les eaux qui bondissent à Fontaine de Vaucluse proviennent de l’infiltration des eaux de pluie et de la fonte des neiges du sud du Mont Ventoux, des Monts de Vaucluse et de la Montagne de Lure qui représentent un « impluvium » de 1240 km2 et dont l’unique issue demeure la Fontaine. Si les crues spectaculaires du printemps-automne suscitent l’étonnement et l’admiration des visiteurs (90m3 par seconde) par contre, l’écoulement régulier durant l’été et durant les saisons d’absence de pluie reste plus énigmatique pour les spécialistes. Réalisant des expériences de coloration dans les cours d’eau souterrains du massif calcaire, les spéléologues ont mis en évidence l’existence de collecteurs, véritables drains naturels alimentant la Fontaine de Vaucluse. La fin du XIX° siècle voit se dérouler la première tentative de plongée du conduit noyé de la Source, et plus d’un siècle d’audacieuses explorations permettent aujourd’hui de comprendre partiellement le mystère de son fonctionnement et l’origine des eaux. L’exploration du Gouffre 1878 : OTONELLI, scaphandrier marseillais, atteint –23m en scaphandre lourd. 1938 : NEGRI pense trouver le fond à –30m. 1946 : COUSTEAU et son équipe atteignent –46m. 1954 : MAGRELLI atteint la côte –25m. 1955 : L’ OFRS (équipe COUSTEAU) effectue 80 plongées, atteint –74m et sonde jusqu’à –84m. 1967 : L’équipe COUSTEAU immerge le Télénaute, appareil qui parvient à –106m. 1974 : Le GRSA effectue un relevé du gouffre. Suite à cette plongée, un arrêté interdit les explorations. 1981 : La Société Spéléologique de Fontaine de Vaucluse (SSFV) reprend les recherches. TOULOUMDJIAN aidé de la COMEX atteint –153m en scaphandre autonome. 1983 : HASENMAYER, plongeur allemand, atteint la profondeur exceptionnelle de –205m en scaphandre autonome. La SSFV et l’ACRC immergent le Sorgonaute et atteignent –245m avec un engin filoguidé. 1984 : Descente et implosion du Sorgonaute II à –205m. 1985 : La SSFV et la Société MIC immergent le porte instruments MODEXA qui s’immobilisera à –308m sur un fond sablonneux après avoir localisé deux galeries direction Sud Est. 1986 : L’ ACRC tente une nouvelle expérience et doit abandonner le Sorgonaute III vers –200m . L’appareil de mesure reste prisonnier du gouffre. 1989 : La SSFV munie du Spélénaute observe à nouveau le conduit, dresse une nouvelle coupe du gouffre jusqu’à –308m et tente de pénétrer dans les galeries repérées en 1985, mais celles-ci trop étroites ne permettent pas le passage du Spélénaute. 1993 : Nicolas HULOT, pour l’émission USHUAIA, plonge jusqu’à –40m. 1996 : La SSFV munie du Spélénaute découvre une immense salle à –174m. 2004 : Exploration de la galerie du Prado (découverte par Cousteau en 1950). Le Spélénaute utilisé pour cette opération à –135m accompagné d’un plongeur réalisera la jonction par –120m. Les 2 conduits se rejoignent au sommet du grand puits. ( - - - ) Archéologie 1998 : Les plongeurs ont repéré de nombreuses pièces récentes. La SSFV monte un dossier de prospection archéologique, afin de savoir à quand remonte cette pratique. 2001 : La SSFV organise des plongées de prospection avec le Spélénaute de –40m à –80m, afin d’observer sans risque la cavité et d’éventuels dépôts mobiliers. Les découvertes très importantes nécessiteront des plongées complémentaires sous l’égide du Ministère de la Culture, et devant l’importance des découvertes, des mesures de protection du gouffre sont prises. 2002 : Le SRA et le SSFV récupèrent environ 400 pièces antiques, dont certaines d’une grande valeur historique. 2003 : Un second chantier archéologique permet de porter le nombre de pièces et d’objets à plus 1600 et sur échelle de –80 av. JC à 450 après JC. La Sorgue Cette rivière de plaine prend naissance à Fontaine de Vaucluse et se jette dans l’Ouvèze après avoir parcouru 32 Km. C’est la plus régulière des petites rivières du département. Avant L’Isle sur la Sorgue, au lieu-dit « Le partage des eaux », elle se divise en 2 bras. Ses eaux, longtemps utilisées pour faire tourner des moulins (à papier, à farine, à garance), des filatures, servent aujourd’hui pour l’agriculture et les activités de loisirs, telles que la pêche, le canoë kayak. La limpidité, la qualité des eaux et leur température constante 13°, font de la Sorgue, une rivière classée première catégorie, de Fontaine de Vaucluse jusqu'au Thor, en passant par l'Isle sur la Sorgue

Maison de Tourisme Résidence Jean Garcin, 84800 Fontaine de Vaucluse Tél. : 04 90 20 32 22 De Mai à Septembre, ouvert tous les jours de 10h à 13h et de 14h à 18h. D'Octobre à Avril ouvert de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30. Fermé le dimanche matin et les jours fériés. [– Infos Pratiques ]()– HôtelsChambres d'hôtesLocations saisonnièresCampingsRestaurants – Plan de la ville (fichier pdf) Textes et photos © Office de Tourisme Intercommunal du Pays des Sorgues et des Monts de Vaucluse 2011

Partager sur :