Toutes les émissions

C'est arrivé près de chez nous

Du lundi au vendredi à 7h21.

Jean Robic, un bronze de Annick Leroy
Jean Robic, un bronze de Annick Leroy - Bruno Bade

Jean Robic brille sur le tour de France en Bretagne en 1947

Diffusion du mercredi 18 juillet 2018 Durée : 3min

Le vainqueur de 1947 avait cartonné le 18 juillet à Mûr-de-Bretagne. Jean Yanne quant à lui aurait eu 85 ans.

Jean Yanne, est né le 18 juillet 1933. Son grand-père était un sabotier de Liffré (35) monté à Paris. Jean Yanne, qui passait ses vacances en famille à Erquy ou à Saint-Quay-Portrieux (22), a gardé un attachement particulier à la Bretagne jusqu'à sa mort en 2003. Prix d'interprétation à Cannes en 1972 pour "Nous ne vieillirons pas ensemble", on le voit dans "Que la bête meure", "Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ" et on l'écoute à la radio en 1961 avec la chanson "J'aime pas l'rock" !

Jean Robic, sculpture de Annick Leroy - Aucun(e)
Jean Robic, sculpture de Annick Leroy

Le 18 juillet 1947, c'est au tour du coureur Morbihannais Jean ROBIC de briller en Bretagne sur le tour de France qu'il remporte 2 jours plus tard à Paris, sans avoir jamais porté le maillot jaune. Un véritable coup d'éclat sur cette 19e étape à Mûr-de-Bretagne (22) sur le plus long contre-la-montre de l’histoire du Tour entre Vannes et Saint-Brieuc : 139 km avec l’ascension du fameux Mur.

Annick Leroy, sculpteur rennaise a réalisé un bronze de Robic inaugurée à Carhaix (29) le 2 juillet au rond-point du Kreiz-Ker, mais aussi 3 autres sculptures à taille réelle de vainqueurs bretons du tour : Bernard Hinault (qui l'a gagné 5 fois), Louison Bobet (3 fois) et Lucien Petit-Breton (en 1907 et 1908 avec un vélo sans vitesse). Un travail dans le cadre du projet "Panthéon breton", qui se poursuit après les 3 sculptures des sœurs Goadec, que Annick avait aussi réalisées.

Pour ce bronze de Robic, l'ancienne ingénieure au CNRS devenue sculpteur s'est intéressé au cycliste Morbihanais de Radenac (1921-1980) par le biais de récits, de photos et d'un film sur la bataille Bobet-Robic. Elle le représente en danseuse avec son casque qui lui valu le surnom de "Tête de cuir". Lorsqu'il prend le départ de cette étape du 18 juillet 1947, Jean Robic est 5e au général, le bidon rempli de 2/3 d’orge grillé et d’1/3 de calvados à 60° ! Ce qui lui permet peut-être de terminer 2e de ce contre-la-montre.