Replay du mardi 25 février 2020

La Lorraine c'est bon comme les beignets de Carnaval

Chaque jour, Jérôme Prod'homme nous raconte ce qu'il trouve beau ou bon en Lorraine. Aujourd'hui, il nous parle de ces fameux beignets de carnaval qu'on aime déguster à ce moment de l'année

belle tradition culinaire
belle tradition culinaire © Getty

C’est aujourd’hui Mardi Gras ! 

Très ancienne coutume qu’on doit à la  religion chrétienne. A partir de demain, Mercredi des cendres, commence  le Carême. 40 jours pour se préparer à Pâques. 40 jours pendant lesquels  on jeûne ou on mange maigre pour imiter Jésus qui est parti 40 jours  dans le désert et qui a jeûné. Certains le font encore aujourd’hui,  autrefois tout le monde le faisait. On ne faisait pas l’amour non plus à  une époque. 

Mardi gras le dernier jour avant de se priver pour le Carême

Et donc on mangeait maigre c’est-à-dire pas de viande. Du  poisson uniquement. Pas de crème non plus, et pas d’œufs. Et du coup,  avant de se priver 40 jours on se faisait pêter la sous ventrière en  cuisinant des œufs. Dans certaines régions on se faisait pas mal de  crêpes, notamment en Bretagne. Bon vous me direz des crêpes ils en font  tout le temps là bas. En Russie c’est la semaine des crêpes, en Finlande  on se fait des brioches, les estoniens font dans l’originalité en  mangeant une soupe de pois et du jambon et en gardant l’os du jambon. Et  en Lorraine on fait des beignets. 

Des beignets pour mardi-gras

Trop bons ! On en fait pour soi bien  sûr, mais c’est ce que j’aime, on en fait pour les autres. On gâte ses  voisins. C’est l’occasion de papoter par exemple. La « memère » les met  dans la boite et elle en donne au gamin qu’elle trouve trop maigre  depuis qu’il est parti faire ses études à Nancy ou à Epinal. Mais au  fait des beignets de carnaval c’est quoi ? J’ai une recette écoutez  bien. Pour 6 personnes : 1 Kg de farine 4 œufs 1 pincée de sel 120g de  sucre 120g de beurre 40g de levure boulangère 1 verre de lait on peut  aussi mettre 1 zeste de citron ou d’orange et même parfois de la  canelle. Certains mettent du rhum ou même de la mirabelle. Dans une  jatte, on fait un puit avec la farine et on ajoute les ingrédients, le  sucre, la levure, les œufs, le lait et hop. On petri jusqu’à ce que la  pâte ne colle plus aux parois. On laisse reposer. Important ! Une nuit  au moins. Et le lendemain on abaisse. Le plus finement possible. On fait  des rectangles, un V au milieu on tire un peu la languette du « V »  qu’on retourne et hop dans l’huile à 165 degrés. Après il suffit  d’éponger et de soupoudrez à la Lorraine, autrement dit généreusement,  avec du sucre glace. 

Une belle tradition qui fait honneur à la  générosité et au sens du partage qu’on trouve si souvent en Lorraine.  

Mots clés: