Replay du mardi 16 juin 2020

La Lorraine c'est beau comme le château de Haroué

- Mis à jour le

Chaque jour, Jérôme Prod'homme nous raconte ce qu'il trouve beau ou bon en Lorraine. Aujourd'hui, il s'arrête dans l'un des plus beaux lieux de Lorraine.

l'immense et belle façade côté jardins
l'immense et belle façade côté jardins - Victoria Botana de Beauvau

Un palais... A la campagne

deux des tours de Haroué
deux des tours de Haroué - Victoria Botana de Beauvau

Un château féerique tout droit sorti des plus beaux songes romantiques. Un instant d’éternité que vous offre la vie au détour d’un chemin. Les tours rondes, se reflètent dans les douves, qu’on pourrait croire remplies d’eau morte, si une carpe ne les troublait pas en attrapant la libellule bleue qui vous frôlé tout à l’heure, avant de s’engouffrer sous le grand pont qui mène au beau jardin. 

Elle est passée près de vous quand vous vous êtes penchés pour mieux voir les cygnes se déplacer en silence et en noblesse. Les hautes fenêtres s’illuminent au coucher du soleil, laissant imaginer quelque immense fête en robes à paniers et en redingote de velours. Vous veniez voir un château et vous découvrez un palais à la campagne. 365 fenêtres, 52 âtres, 12 tourelles et 4 ponts, un palais posé là, au beau milieu de la campagne dodue de ce Saintois tout en verdure qui s’étale autour de la Coline de Sion comme la Mer autour du mont Saint Michel. 

Ce qui étonne à Haroué, c’est ce mélange de majesté et de délicatesse. 

La majesté d'un château sur une île

les armes de la famille de Beauvau-Craon au fronton du château de famille
les armes de la famille de Beauvau-Craon au fronton du château de famille - Victoria Botana de Beauvau

La majesté de la cour d’honneur dont les belles colonnes mènent tout droit le regard vers le perron et, au plus haut, vers les armes de la famille à qui la Lorraine doit cette immense beauté, la famille de Beauvau-Craon. La Grandeur d’un bâtiment, érigé sur les fondations d’une forteresse médiévale par le génie de l’architecte Germain Boffrand. Du bel escalier d’honneur dont les marches ont été gravies par la Marquise mathématicienne Emilie du Châtelet qui a appuyé ses jolies mains sur la rampe de fer forgée née du génie de Jean L’amour. L’homme des grilles d’or de Nancy. 

La majesté de salons d’honneurs dont les tapisseries tissées à Nancy se souviennent avoir entendu le bon roi Stanislas, le Maréchal Lyautey et tant d’autres beaux esprits, après avoir vu briller les derniers feux du duché de Lorraine souverain. 

Toute la délicatesse de l'art de vivre du Siècle des Lumières 

Dans le salon Pillement...
Dans le salon Pillement... - Victoria Botana de Beauvau

La délicatesse du salon doré, du salon blanc, de ces petites chambres et de ces jolis boudoirs qui sont tout l’art de vivre d’un XVIIIe siècle qui a découvert le confort en même temps que la Liberté. L’intimité en même temps que l’Universel. La délicatesse lumineuse du salon Pillement dont les couleurs turquoises du Peintre Pillement offrent tant d’émotion quand vous entrez dans ce salon rond dont les murs sont couverts de chinoiseries, ces chinois imaginaires dont l’époque raffolait, et qui jouent de la musique, se promènent ou rient depuis 3 siècles. Majesté et délicatesse, deux mots pour décrire Haroué pourtant si humain aussi à travers celles et ceux qui l’ont habité. 

Un coller de destins qui s'enroule autour de l'Histoire de Lorraine

A travers le collier de destins de la Famille de Beauvau qui s’enroule autour de l’histoire et dont les plus belles perles sont féminines, au premier rang desquels la Princesse Minnie de Beauvau Craon, à l’énergie inépuisable. 

Dans le Monde, en France, il y a des endroits, rares, où l’esprit s’étonne de voir un rêve de beauté se réaliser. Haroué est de ces lieux magiques. 

Et notre chance c’est que Haroué est en Lorraine. 

Le salon doré (détails)
Le salon doré (détails) - Victoria Botana de Beauvau

LES HORAIRES D'OUVERTURE 

le samedi et dimanche de 14h à 18h en visite guidée pour l’intérieur et visite libre des parcs, jardins et de La Chapelle.

Mots clés: