C'est beau, c'est bon, c'est en Lorraine

Du lundi au vendredi à 6h20

la colline de Sion
la colline de Sion - Wikipedia

C'est beau ! C'est en Lorraine... Et c'est la Colline de Sion.

Diffusion du mardi 3 septembre 2019 Durée : 2min

C'est beau ou c'est bon, mais c'est toujours en Lorraine... Aujourd'hui Jérôme Prod'homme a craqué pour "la Colline Inspirée", autrement dit la superbe colline de Sion.

C’est beau comme la Coline de Sion. Immense vaisseau qu’on voit  fendre le ciel entre Vosges et Meurthe-et-Moselle. 

Un lieu qui culmine à  540 mètres. Habité d’énergie depuis toujours puisque les tribus  celtiques venaient déjà vibrer et se recueillir ici. Et on imagine bien  les druides gravir la colline à la lumière des torches pour découvrir le  ciel étoilé et prier la grande déesse, ou même le dieu du tonnerre. Puisqu'on venait prier les deux.  

Rien à voir avec la colline version Moyen âge. Cette fois elle est hérissée de tours, d’un énorme donjon. C’est la forteresse des seigneurs  de Vaudémont, la turbulente branche cadette de la Maison des ducs de  Lorraine, qui se sentaient fort à l’aise en lançant leurs faucons depuis  le haut de la Tour Brunehaut. 

Rien ne dure pourtant, même  si la colline continue de fendre le flot vert des plaines de Lorraine,  la guerre et le temps ont effacé le gros château. Seule la statue de la  vierge domine le site sacré de Sion. Dessous elle, il y a la croix de  Lorraine. Elle a été brisée en 1871, quand la Lorraine a été coupée en deux. On a  inscrit à côté « ça n’est pas pour toujours ». Et quand la Lorraine est  revenue toute entière à la France, après la Grande Guerre, on a recollé  la croix et on a inscrit « cette fois c’est pour toujours ». La Colline  inspirée. Ce beau surnom qu’on doit à Maurice Barres dont le monument  fait perdurer le souvenir, même s’il est parfois discutable, tant Barrès  était parfois antisémite. Mais il a laissé ces lignes magnifiques que  je vous lis pour finir aujourd’hui « Il est des lieux qui tirent l’âme  de sa léthargie, des lieux enveloppés, baignés de mystère, élus de toute  éternité pour être le siège de l’émotion religieuse. Ce sont les  temples du plein air. Ici Une émotion nous soulève ; notre énergie se  déploie toute, et sur deux ailes de prière et de poésie s’élance à de  grandes affirmations. Tout l’être s’émeut, depuis ses racines les plus  profondes jusqu’à ses sommets les plus hauts"

La colline de Sion est de ces lieux là.