Replay du lundi 24 mai 2021

La Lorraine c'est beau comme... Saint Nicolas de Port.

- Mis à jour le

Chaque jour on découvre une raison de plus d'aimer notre Lorraine. Aujourd'hui, Jérôme nous emmène découvrir son coeur battant : la basilique de Saint Nicolas de Port.

L'intérieur de la basilique de Saint-Nicolas-de-Port
L'intérieur de la basilique de Saint-Nicolas-de-Port © Radio France - Véronique LORRE

Le coeur de la Lorraine de toujours

C’est ici que le cœur de la Lorraine éternelle bat plus fort, chaque année, quand des milliers de cœurs se rassemblent pour célébrer Saint Nicolas, Saint Patron de la Lorraine, célébré ici depuis près de 1000 ans. Il y a près de 10 siècles, donc, que le Sire Aubert de Varangéville est revenu de croisade après avoir fait escale à Bari, en Italie, et avoir rapporté avec lui la « dextre bénissante », cette relique d’une phalange de Saint Nicolas. Un retour à Port, petit endroit posé au milieu de l’immense forêt Lorraine, et où ont commencé à affluer ces pèlerins qui venaient là prier le protecteur des enfants, des marins, des voyageurs, des notaires, des garçons à marier, des jeunes filles célibataires et j’en passe. Une ferveur encore plus forte quand René II, duc souverain de Lorraine et de Bar, a décidé de reconquérir Nancy en partant de Saint Nicolas, de l’antique église. Eglise dans laquelle il a fait vœux à Saint Nicolas avant de gagner Nancy et de vaincre "le téméraire", ce Grand Duc d’Occident que même le puissant roi de France craignait. Vainqueur, René II n’a pas oublié Saint Nicolas. Il a fait détruire l’ancienne église et il a fait ériger la fantastique basilique. 

Le duc René II à la tête de ses troupes suisses devant la ville de Saint-Dié (Liber Nanceidos (Pierre de Blarru, 1519).
Le duc René II à la tête de ses troupes suisses devant la ville de Saint-Dié (Liber Nanceidos (Pierre de Blarru, 1519).

Elle a connu plusieurs siècles d'histoire

On la dit de style gothique flamboyant et ça n’est pas étonnant tant, ici, tout mène vers la flamme de la foi. L’énorme vaisseau de pierre, de la taille d’une cathédrale, s’est levé lentement vers le Ciel de Lorraine au XVIe siècle. Il a entendu, depuis, résonner bien des combats, les derniers chars nazis en 44, les bombardements du front en 14, les cavalcades prussiennes en 1871, la partition de la Lorraine, et plus tôt encore les cris de la guerre de 30 ans, cette guerre atroce qui a  littéralement saigné la Lorraine et dont la Ville de Saint Nicolas de port a été le terrible théâtre quand les suédois ont tué tous les habitants. Un massacre. Des tortures. L’église abîmée, mais, comme toujours en Lorraine, une résurrection ensuite. La Lorraine c'est un phénix, alors son cœur religieux l’est aussi. Forcément. 

Par Antoine Taveneaux — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4237272
Par Antoine Taveneaux — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4237272

Le Saint patron de la Lorraine est ses miracles

Par Antoine Taveneaux — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17608878
Par Antoine Taveneaux — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17608878

La Basilique de Saint Nicolas de port a connu des miracles, certains célèbres, comme ce seigneur de Rechicourt, libéré de sa geôle turque et transporté ici en Lorraine après avoir prié Saint Nicolas. Le prieur de l’Eglise qui voit s’entrouvrir les piliers pour le protéger quand les suédois arrivent pour l’égorger. Madame Croué-Friedman, millionnaire américaine, née à Saint Nicolas, qui prie le protecteur des marins quand son bateau de croisière va couler, et qui est sauvée. Elle fait  don d’une fortune à la vieille basilique, et permet de la restaurer pour prolonger les siècles de ferveur. 

Des miracles connus, et d’autres intimes. Des réponses à des questions parfois, et toujours, pour des siècles encore, le sanctuaire de Saint Nicolas et le cœur battant de la Lorraine fervente. 

Mots clés: