Replay du mardi 26 janvier 2021

La Lorraine c'est beau comme... la Cathédrale de Toul

- Mis à jour le

Chaque jour Jérôme nous raconte ce qu'il trouve beau ou bon en Lorraine. Aujourd'hui zoom sur "la belle de Toul", l'immense et magnifique cathédrale Saint Etienne de Toul.

Les vitraux
Les vitraux © Radio France - Jérôme Prod'homme

Il en est des destins des cathédrales, comme des destins des hommes. Des periodes fastes et des périodes difficiles. Et tout l’art d’exister c’est l’art de continuer d’être là même quand la tempête a soufflé. Et la tempête a bien soufflé sur la belle de Toul. La cathédrale Saint Etienne. Et à chaque fois Toul et sa cathédrale ont tenu. 

Quoi qu'il advienne Toul et sa cathédrale tiennent 

La facade de la Cathédrale Saint Etienne de Toul
La facade de la Cathédrale Saint Etienne de Toul © Radio France - Jérôme Prod'homme

Quand les invasions barbares ont tout balayé Toul a tenu dans la bourrasque et les vieux murs de la première cathédrale, même noircis, sont restés. Ils ont vu passer Clovis et ils ont vu l’aube de l’histoire de France. Ils ont été remplacés par la cathédrale romane au tournant de l’An 1000 et par celle que nous connaissons, dont les travaux ont commencé en l’an 1222. Il y a 800 ans donc. Dans 1 an ce sera l’anniversaire de l’emblème de Toul. De sa fierté aussi. Et pourtant Toul n’a pas eu peur de tout risquer, même la cathédrale, quand la guerre est venue et qu’il a fallu résister pour la France.  Comme en 1870, alors que la France plie sous la deferlante prussienne qui va atteindre les murs de Paris, Toul tient. Et il faudra négocier pour que le ville se rende. En 1940, la Ville tient une fois encore face à la déferlante nazie. La ville est bombardée, mutilée, du palais des évêques, devenu mairie, il ne reste que les murs, la cathédrale est abimée. Mais Toul a tenu une fois de plus même quand tout était déjà perdu. Parce que Toul, peut être parce qu’elle avait déjà 2 millénaires d’histoire, savait déjà que ces chars et ces soldats ennemis détruit devant ses remparts manquerait un jour où l’autre. Et même s’ils ne furent que peu à être détruit, ils ont manqué à Stalingrad, ils ont manqué à Débarquement. 

Un immense chantier d'entretien pour un bijou lorrain.

La grande nef de la cathédrale Saint Etienne de Toul
La grande nef de la cathédrale Saint Etienne de Toul © Radio France - Jérôme Prod'homme

Depuis, la guerre on a reconstruit. On sait faire en Lorraine. La Cathédrale de Toul a été réparée, l’énorme façade à deux tours continue de se dresser. Le clocheton doré capte toujours le soleil. Les vitraux pluri centenaires ont leur vie propre dès que le jour se lève pour les éclairer. Les travaux continuent pour préserver ce joyau lorrain. On  a inauguré récemment ses grandes orgues toutes neuves. Les toits des bas côtés sont tout neufs, on va pouvoir nettoyer les transepts. Et tout ça, Toul le fait seul, rare ville de France dont la cathédrale est non pas la propriété de l’Etat mais de la commune. Et croyez vous qu’elle se plaigne ? Jamais. Toul tient. Toul fait. Toul a l’histoire derrière elle, elle sait qu’elle tiendra si ça tourne mal, et qu’après le coup de vent il faudra être orienté comme la cathédrale pluri centenaire, vers l’Est, vers le soleil levant. Vers l’avenir. 

La Belle de Toul fêtera ses 800 ans en 2022. Forcément France Bleu Lorraine y sera !