Replay du lundi 12 avril 2021

La Lorraine c'est beau comme... L'engagement des confréries gourmandes

- Mis à jour le

Chaque jour on se réjouit de vivre en Lorraine avec Jérôme. Aujourd'hui, il nous rappelle le grand travail des confréries gastronomiques pour défendre la qualité des spécialités emblématiques de la région...

La confrérie de la Capucine à Toul
La confrérie de la Capucine à Toul © Radio France - Isabelle Baudriller

La Lorraine en compte de nombreuses

Certains les jugent kitches et pourtant, elles méritent un vrai regard reconnaissant ces confréries gourmandes dont notre Lorraine n’est pas avare. Elles sont là, depuis plusieurs dizaines années parfois, pour rappeler la beauté de notre terroir et sa capacité extraordinaire de faire du goût. Une confrérie est là pour valoriser un produit et le terroir qui le fait naître. Bien souvent elles naissent de la volonté de passionnés et c’est bien. 

Elles sont les gardiennes du temple

Elles n’ont aucun pouvoir, notamment celui de contrôler les produits qu’elles défendent, et pourtant elles mouillent la chemine, ou plutôt le costume, pour les défendre. elles n’ont pas de pouvoir, au sens administratif c’est vrai, mais elles ont tout de même le plus beau des pouvoirs : le pouvoir moral. 

Celui de vous dire "attention !" quand vous baissez la garde de l’exigence et que vous fabriquez ce qu’elles défendent. La Lorraine en compte de très célèbres. La confrérie de la Capucine, à Toul, qui défend les vins de Toul, compte de nombreuses célébrités, notamment Brigitte Fossey qui est fidèle aux réunions du chapitre. De même pour la célèbre confrérie des "Tastes andouilles et gandoyaux", du Val d’Ajol, qui compte les chefs d’entreprises, les élus les plus connus de la région en même temps que des artistes, des vedettes de la télévision et bien sûr des gens moins connus mais tout aussi passionnants parce que passionnés. Je pourrais rappeler aussi Metz et sa quiche prépontoise, à propos de Quiche je n’oublie pas le confrérie de Dombasle. A Forbach on défend les cerises, à Baccarat on valorise le pâté Lorrain, et du côté de Raon aux bois on aime les rognons blancs. Pour les gueules sucrées il y a la confrérie de la bergamote de Nancy. A celles et ceux qui donnent temps et énergie à ces confréries, merci. Soyez fiers. Bien au-delà des costumes étonnants et des repas pantagruéliques, vous êtes les gardiens du plus beau temple français avec celui de l’égalité et de la liberté : vous êtes les augustes gardiens du temple du goût.

Mots clés: