Replay du vendredi 7 mai 2021

Les 150 ans de la guerre 1870-1871 : quand les Lorrains étaient séparés, ils rêvaient d'union

- Mis à jour le

Chaque jour depuis 10 jours, Jérôme nous raconte la guerre de 1870-1871 et ce qui s'est passé après elle : l'annexion de la Moselle. Aujourd'hui, en conclusion de ces rendez-vous, il nous rappelle que les Lorrains de l'époque rêvaient de la réunion des deux Lorraines.

La Colline de Sion lieu du serment des lorrains de 1873
La Colline de Sion lieu du serment des lorrains de 1873 - Lorraine Tourisme

On ne sait pas toujours quelles conséquences a eu la guerre de 1871 sur nos vies

On voit bien souvent la partie la plus connue, le régime de concordat, la sécurité sociale et les jours fériés supplémentaires en Moselle ou en Alsace. Mais on oublie souvent quels bouleversements elle a entraîné en Lorraine, dotant Metz d’un quartier impérial étonnant, voyant Nancy doubler sa population et devenir l’autre grande ville de Lorraine, à égalité avec Metz qui a été si longtemps la seule grande ville de Lorraine. On ne sait pas toujours que c’est la guerre de 1871 qui a fait de Nancy une ville très étudiante, quand l’université de Strasbourg est devenue allemande et que les cours ont été developpés à Nancy. C’est de cette époque que date la grande vocation militaire de Toul, qui se perpétue encore aujourd’hui avec la base aérienne. C’est aussi de cette époque que datent certains des plus beaux quartiers de Metz, Nancy, Thionville, Epinal, Lunéville. On croit souvent à tort, en revanche, que la querelle entre Metz et Nancy est née à cette époque, alors qu’en réalité elle jalonne l’histoire de la Lorraine depuis le Moyen-Age. Ce qu’a fait la guerre de 1871, c’est mettre les deux villes à la même échelle. 

Ce 150e anniversaire doit nous rappeler plusieurs choses

D’abord que les Lorrains de l’époque ont énormément souffert de cette annexion qui a coupé des cités en deux, qui a coupé des familles en deux. Le retour à la mère patrie a aussi été très difficile, on l’oublie trop souvent. Ce 150e anniversaire doit nous rappeler que la Lorraine n’est jamais si grande que quand elle n’est plus une frontière, mais quand elle est un creuset, une terre de rencontre, comme elle l’est depuis la nuit des temps, carrefour qu’elle est entre le nord et le sud, l’est et l’ouest. La Lorraine, terre de frontière, est souvent une vue des capitales, que ce soit Paris ou Berlin, qui la voient comme une fin, alors qu’elle est au minimum une porte.

Carte de l'Alsace-Lorraine, extrait du livre scolaire "La deuxième année de géographie" de Pierre Foncin, publié en 1888.
Carte de l'Alsace-Lorraine, extrait du livre scolaire "La deuxième année de géographie" de Pierre Foncin, publié en 1888.

La Lorraine n'est pas une frontière, c'est une porte

Un point d’entrée, d’ouverture et de rencontre. Et surtout, à nous Lorrains, ce 150e anniversaire doit nous rappeler quelle affection nos prédécesseurs avaient pour la Lorraine. Truffant leurs maisons de symboles lorrains comme la croix de Lorraine ou le chardon, pour rappeler que la Lorraine était une seule terre, on doit se rappeler de cette délégation messine venue au sein de la délégation allemande, au plus fort des tensions entre France et Allemagne, lors d’une manifestation internationale à Nancy et qui avait été applaudie frénétiquement par les Nancéiens pour saluer l’arrivée d’autres Lorrains au point qu’on a frolé l’émeute. Et on doit surtout se rappeler de ces deux moments sur la colline de Sion. Celui de 1873 qui a vu affluer des milliers de Lorrains, annexés ou non, sur la colline inspirée autour d’une plaque sur laquelle figurait une croix de Lorraine brisée et ces mots pleins d’espoir «ça n’est pas pour toujours» et celui de 1922 qui a vu d’autres milliers de Lorrains se rassembler au même endroit autour d’une plaque avec une croix de Lorraine qui n’était plus brisée, comme recollée, avec ces mots «cette fois c’est pour toujours». 

"Cette fois c'est pour toujours"

La Statue du Souvenir, la Lorraine pleure dans les bras de l'Alsace. Place Maginot à Nancy
La Statue du Souvenir, la Lorraine pleure dans les bras de l'Alsace. Place Maginot à Nancy - Par Pierre Lescanne, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?cur

Quand on est tentés de jouer chacun pour soi, pour sa ville pour son département, on doit toujours se rappeler que nos prédécesseurs voulaient œuvrer ensemble. Et que c’est dans ces moments là, quand elle dépasse ses divisions, ses frontières internes, que la Lorraine est vraiment formidable et du coup, bien plus qu’une terre de passé et de conflits, elle devient terre d’avenir. 

Mots clés: